Print Friendly, PDF & Email

Vicki Baum est née le 24 Janvier 1988 à Vienne.

Elle vit à Berlin jusqu’en 1931 avant de s’installer aux Etats-Unis où elle vivra jusqu’à sa mort en 1960. Ses livres seront brûlés par les nazis. Elle écrit également « lac-aux-dames » et « Shanghai Hôtel. »

Dans ce grand hôtel de Berlin, ils sont tous là. D’un côté, les chauffeurs, liftiers, grooms, prêts à tout faire pour que le séjour des clients soit inoubliable. Et de l’autre, justement, ces clients qui viennent de partout et ne font que passer et se croiser, sans attaches et sans laisser de traces… Réellement ?

Vicki Baum, écrivaine autrichienne, nous offre dans son livre « Grand Hôtel » un chassé-croisé de personnages si représentatifs de cette époque : la ballerine russe sur le déclin, le baron désargenté, le médecin infirme de guerre (la grande guerre, si lointaine et encore si proche), l’ancien comptable qui veut profiter de ses économies tant qu’il est encore en vie… Chacun à sa manière, symbolise la fin d’une époque, la montée de l’individualisme, la solitude dans la foule… Publié en 1929 ce livre, qui n’a pas pris une ride, nous plonge dans l’ambiance si particulière de ces grands hôtels d’autrefois mais aussi des années folles, alors que se profilent la crise économique et la montée des extrémismes.

Lorsque Vicki Baum constate que son livre est un succès, elle décide de le transformer en une pièce de Théâtre qui est jouée à Berlin en 1930. De nouveau, le public est au rendez-vous… ce qui met la puce à l’oreille de la Metro-Goldwyn-Mayer qui décide alors d’en acquérir les droits et de monter la pièce à Broadway le 13 Novembre 1930 sous le titre « Grand Hôtel ». Puis la pièce est adaptée au cinéma, devenant un des premiers films dits « choral » et obtenant l’oscar du meilleur film en 1932.

Il réunit Greta Garbo dans le rôle de la Grousinskaïa et Joan Crawford dans celui de Flaemmchen (sur l’affiche seulement car elles n’eurent aucune scène ensemble, leur antipathie étant notoire…) ainsi que Wallace Beery (Mr Preysing) et les deux frères John (le baron) et Lionel Barrymore (Otto Kringelein).

C’est dans ce film que Greta Garbo prononce l’une des trente répliques les plus célèbres du cinéma américain : « I want to be alone…  » Quant à Lewis Stone (docteur Otternschlag), il avance la même phrase au début et à la fin du film « Grand Hotel. People come and go. Nothing ever happens. »   Vraiment ???