Sandrine Bourgeois – septembre 2020

Le Petit Coin lecture a succombé une nouvelle fois à un ouvrage de l’écrivain américain à succès, Douglas Kennedy. Ce nouveau roman sensuel et nostalgique « Isabelle, l’après-midi », au titre prometteur,  évoque le film d’Eric Rohmer « L’Amour l’après-midi », laissant entrevoir une histoire torride. Ce qui est tout à fait exact.
Après s’être principalement illustré avec des thrillers psychologiques et des romans à suspens, Douglas Kennedy explore la passion amoureuse. Il réussit à nous captiver avec les affres de la vie sentimentale d’un Américain à Paris pour une femme mariée et plus âgée. L’amour n’est pas un long fleuve tranquille. C’est justement ce que raconte l’auteur en mettant l’accent sur les difficultés de l’engagement et des choix.
Il dissèque les imperfections du cœur humain à la poursuite du bonheur, qui n’est pas sans évoquer le titre de son troisième roman.
Douglas Kennedy qui semble bien connaître les femmes, suscite notre réflexion et curiosité. Il incite le lecteur à réfléchir sur la définition du couple.  L’entente sexuelle est-elle le ciment de l’amour durable ? Peut-il résister au temps et la distance qui sépare ?

L’histoire

Sam, un jeune étudiant américain rencontre une élégante parisienne plus âgée, Isabelle. Le coup de foudre est immédiat, et sans appel. Toutefois, la belle est mariée à un homme dont la réussite est bien établie. Commence alors une liaison sulfureuse entre les deux amants qui se déroule sur 36 ans entre Paris et les Etats-Unis.
Sam souhaite beaucoup plus que ces rendez-vous furtifs de cinq-à-sept. Isabelle est-elle prête à suivre son jeune amant aux Etats-Unis et à sacrifier sa famille ? Comment Sam résiste-t-il à la frustration de cette vie morcelée ?

Pourquoi vous allez aimer

Douglas Kennedy explore et dissèque sans complaisance la passion amoureuse. Il tire et étire les fils de cette histoire sur plus de 30 ans. Cela permet une étude au scalpel de cette relation adultérine. Le couple et les choix qui engagent la vie sont les thèmes principaux du roman : « Chaque choix engage notre vie sur un sentier imprévisible, au début d’une histoire inconnue. Même si, par nature, la décision de former un couple découle de la croyance qu’on peut investir ensemble dans un avenir heureux ».
Sans mièvrerie, le narrateur analyse finement la psychologie torturée et évolutive de ses personnages.
Il s’agit bien évidemment d’un roman, mais on sent l’auteur très présent et investi dans l’histoire. S’agit-il vraiment d’une fiction ? L’auteur affirme qu’il a tout inventé mais qu’il se sert de ses expériences personnelles et de ses observations.
Le personnage principal Sam, apprécie comme Douglas Kennedy les clubs de Jazz, le cinéma et les cafés parisiens…
Les détails des scènes de vie ordinaire apportent également un ton réaliste et sincère. Un hommage particulier est rendu à la beauté des femmes mûres, ce qui est rafraîchissant dans un monde où seule la jeunesse semble compter.
Le roman est également empreint d’une agréable nostalgie du Paris des années 70.
L’auteur qui manie parfaitement la technique du roman à suspens utilise cette forme narrative pour raconter une histoire passionnelle. La lecture fluide en devient plus dynamique et addictive.
Un roman sur les tourments de l’amour que le Petit Coin lecture vous conseille vivement.