Print Friendly, PDF & Email

Pascale Rousseau – mars 2020

Je ne sais pas si vous êtes fans de BD, mais en ce qui me concerne, à part Asterix et Lucky Luke, je ne suis pas une grande spécialiste.
Christophe Mot est un fin connaisseur de cet univers depuis sa plus tendre enfance. Aujourd’hui, il réalise un grand rêve avec la publication du tome 1 de “La Maison des Fragrances” édité chez Robinson, fruit de sa collaboration avec le talentueux scénariste Corbeyran et le dessinateur polonais Piotr Kowalski. 
L’histoire nous décrit un univers impitoyable, celui de la famille des Capella, parfumeurs de renom, installée à Grasse. La famille se voit bouleversée par l’accident cardiaque du patriarche, et les ambitions de chacun vont se révéler.

Pascale Rousseau : Quel est votre parcours dans le monde de la parfumerie ?

Christophe Mot : Mon parcours a débuté il y a 20 ans chez Unilever en tant que stagiaire. J’ai d’abord travaillé sur un produit qui s’appelait AXE, rappelez-vous, le déodorant. Le logo était “laissez le charme agir”! Au bout de 4 ans, j’ai intégré le groupe catalan Puig (Barcelone), en tant que directeur des marques, en particulier pour Paco Rabanne et Carolina Herrera. Le groupe venait de racheter Nina Ricci. J’étais dans le développement du produit olfactif. En amont j’ai été formé par Monique Rémy à Grasse, qui développait ses propres matières premières, distillait elle-même sa production de jasmin et également la fameuse rose Centifolia de Grasse.
J’ai ainsi découvert les procédés de distillation, de macération à froid, d’effleurage, tout ce qui nous permet de récupérer les molécules olfactives des plantes. Ce fut passionnant de rentrer au coeur du réacteur des parfums.
Mon rôle a été au départ celui d’un marketeur : idées, produit, le concept, le développement, la publicité et peu à peu je suis tombé amoureux de la partie technique de cet univers.

Pascale Rousseau : Comment en êtes-vous arrivé à la BD ?

Christophe Mot : Enfant, j’ai découvert la BD dans la bibliothèque de mon père. Je dois avoir plus de 300 bandes dessinées chez moi. Par la suite deux sagas familiales m’ont marqué : Les Maîtres de l’Orge de Jean Van Hamme et Francis Vallès (sur l’univers de la bière, saga familiale en Belgique), et Château Bordeaux, l’histoire d’ une famille qui se bat dans le domaine du vin, écrite par Eric Corbeyran. Le même Eric Corbeyran de La Maison des Fragrances.

Il y a 4 ans m’est venue l’idée d’associer l’univers du parfum et la bd au travers d’une saga familiale. Style road-movie autour de différents ingrédients tels que  l’oud, l’ambre gris, la vanille, le patchouli. Leur production engendre de grands enjeux géopolitiques, écologiques et aussi de biodiversité. Ajouter à cela  le côté industriel donne un certain suspens à l’histoire. Le pitch en poche, j’en ai discuté avec un ami, patron des éditions Albert René (les éditions d’Astérix). Intéressé par le projet, il m’a présenté le directeur éditorial qui m’a dit :”ok, je suis partant, avec qui veux-tu travailler?” J’ai répondu : Eric Corbeyran! Et l’’aventure commençait!

Pascale Rousseau : Parlez-nous de la conception de l’album ?  Vous êtes-vous inspiré d’une histoire réelle pour la famille Cappella ?

Christophe Mot : A l’origine d’une bande dessinée, il y a un scénariste. C’est lui qui organise les cases de la BD, la place des personnages, les bulles, le cadrage… Il faut bien comprendre que c’est le scénariste qui a la main.
Pour que le suspens demeure, dans chaque planche, il y a un début, un milieu et une fin comme dans un roman.

Le côté familial est mon choix et ma façon de donner du piment à l’histoire. J’ai picoré quelques anecdotes ici et là sans référence à une famille en particulier. M’inspirer uniquement d’un univers industriel aurait rendu les personnages moins attachants.

En revanche, je tenais à parler de la parfumerie en France car elle en est le  berceau. Il ne faut pas oublier que Grasse en 1770 était une ville de tanneurs et que les parfums ont été développés pour masquer les odeurs de peaux. La ville est aujourd’hui inscrite au patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Pascale Rousseau : Le tome 2 est en prévision, quelle est la suite ? Et y a t’il une date de parution ?

Christophe Mot : Oui bien sûr, mais je vous laisse le plaisir de le découvrir vous-même.Les choses prennent du temps, le travail est en cours, mais la date est encore incertaine. Vous serez les premiers à connaitre la date de sortie.

Pascale Rousseau : Quels parfums portez-vous en ce moment ?

Christophe Mot : J’aime plutôt les senteurs boisées, les eaux de toilette à base de cèdre ou santal, donc j’ai choisi Santal 33 du Labo ou Wonderwood de Comme des garçons.

La Maison des Fragrances

Tome 1. Le parfum du pouvoir

Aux éditions Robinson

En vente en ligne :

https://www.fr.fnac.ch

https://www.amazon.fr

et dès réouverture des librairies :

https://www.payot.ch/temp.html

https://www.oreillecassee.ch

monica de cardenas, silvia gertsch, artgeneve 2020, salon d'art
Au fil de l'Allondon
MCBA
Nages en eau froide en Suisse
nage de nuit geneve
Othmar Ammann
Agnès Martin-Lugand
Un évidence roman
Théâtre au jardin - le Rosey
burlesque geneve
Vevey Eiffel
Mémoire d'Ecolier
Art Now Genève Frédéric Elkaïm
Christina Oiticica
Florimont diamants
Théâtre aux Jardins du Rosey
Hodler Pully
Ultima Gstaad
Ô vous, soeurs humaines
Mountain film
Y aura-t-il trop de neige à Noël
chaplin's world
Céline Van Till
Amélie Antoine
Maquereaux marinés
brosse à cheveux
rollerski
The handmaid's Tale Sacha Després bythelake
Gilles Paris
Légère et court-vêtue Antoine Jaquier
Virginie Basselot cheffe le Réserve
l'epicerie de bossey
cowboys fringants
Recette de la Soupe miso
Sushi Raku Annemasse
Le Bistrot Sérac , Saint Gervais les Bains
saint valentin cheveux lâchés
le Legs et L'épreuve
Quatre divines piscines où nager toute l'année à Genève
Monique Deul Taste Contemporary Craf
SIHH