Pascale Rousseau – Janvier 2021

Véritable coup de coeur pour le livre de la romancière anglaise Christy Lefteri.
L’ultime chance d’un couple syrien pour parvenir jusqu’en Angleterre où la vie pourra peut-être leur faire voir de nouveau le soleil … Le voyage sera difficile et éprouvant mais l’espoir ne les quittera pas.

Comédienne, Pascale a deux passions : la lecture et la scène.  Elle arpente pour son plus grand plaisir tous les théâtres de Genève et ses environs, toujours prête à partager avec vous ses coups de coeur littéraires.

Quelle histoire !

Nuri est apiculteur, Afra sa femme est artiste peintre. Ils vivent avec leur fils à Alep en Syrie. Leur vie est simple et belle, emplie d’amour et d’amitiés sincères jusqu’au jour où la violence et l’horreur surviennent. Daesh est là. Tout disparait autour d’eux, la famille, les amis, les voisins…

En dépit de leur attachement à leur pays, lorsque les ruches de Nuri prennent feu en tuant toutes ses abeilles,  le couple tente de s’enfuir pour échapper au pire. Ils décident de partir et de rejoindre leur cousin Mustapha déjà réfugié en Angleterre, dans le Yorshire et dont ils n’ont aucune nouvelle. Mais Afra qui a vu ce qu’une mère ne devrait jamais voir résiste… Finalement, elle se laissera convaincre. Alors commencera un long et dangereux périple en traversant la Turquie et la Grèce. Ils vont connaitre la faim, les camps, le froid, la violence, l’humiliation mais ils ne lâcheront jamais. L’espoir sera là, présent à chaque page. L’espoir d’obtenir un jour le statut de réfugiés.
Telle une abeille au sein d’une ruche, Nuri s’activera jour après jour, cohabitera avec les uns, aidera les autres dans un seul but : la survie des siens.

A mon humble avis…

Ce livre est profond et sincère. La plume de la journaliste est troublante de vérité. En écrivant sur le thème des migrants, il est tentant de tomber dans le piège de la sensiblerie. Il n’en est rien dans ce livre. Ce roman passe au scanner les conditions dramatiques des migrants venant de Syrie et met en avant les obstacles qui jalonnent leurs parcours. Le récit met l’accent sur la formidable résilience dont ils font preuve pour survivre et sur l’incessant soutien des populations locales et organisations humanitaires. Pour moi, ce livre est bien plus qu’un témoignage, il est le triomphe de l’homme sur la barbarie humaine, sur la folie d’une époque…
Petit bémol sur le titre et la couverture qui pourraient faire songer à une romance à l’eau de rose. Dommage…

Le saviez-vous?

La romancière Christie Lefteri, née de parents réfugiés chypriotes, vit à Londres. Elle y anime un atelier d’écriture à l’Université Brunel. C’est après avoir été bénévole dans un centre de migrants à Athènes qu’elle ressentira le besoin d’écrire ce roman. Elle y recueillera les témoignages et les confidences de familles syriennes et afghanes réfugiées en Grèce et écrira en 2019 “L’apiculteur d’Alep” qui est son deuxième roman.
En 2010, elle a publié son premier roman, “A Watermelon, a Fish and a Bible”.

“Plus tard, je sors dans la cour et je m’assieds sur une chaise, à l’ombre de l’arbre. Je me souviens du vrombissement des abeilles : le bruit de la paix. Je sens presque le miel, les fleurs de citronnier et l’anis, mais aussitôt l’odeur de cendre chasse tout le reste. “