Pascale Rousseau – Mai 2021

@Tatyana Syrikova (Pexels)

C’est un thème trop rarement abordé en littérature. Philippe Besson dans son dernier roman traite avec brio le syndrome du nid vide.  Le désoeuvrement d’une mère lorsque le dernier enfant quitte la maison.

Comment réagit-elle  ? Comment le vit-elle ? En temps que lecteur ou lectrice, nous l’accompagnons dans ce questionnement…

Comédienne, Pascale a deux passions : la lecture et la scène.  Elle arpente pour son plus grand plaisir tous les théâtres de Genève et ses environs, toujours prête à partager avec vous ses coups de coeur littéraires.

Quelle histoire !

24 heures dans la vie d’Anne-Marie…

Jusque là tout allait bien dans la vie d’Anne-marie. La cinquantaine, pas encore retraitée, elle partage son temps  entre son travail de caissière et son rôle de mère de famille. Sa vie est simple et agréable. Son mari n’est pas le plus drôle des hommes mais ils s’aiment, ça leur suffit.

Aujourd’hui n’est pas un jour comme les autres. La petit dernier a décidé de partir vivre seul dans un studio et de se rapprocher de la ville où il va étudier. C’est le jour du déménagement. Anne-Marie devra être solide pour affronter cette douleur et le laisser partir. Un véritable tremblement de terre vécu de l’intérieur.

Bien sûr, elle pourra toujours compter sur son mari, compagnon de toute une vie et sa voisine, complice des bons et mauvais moments… Mais le vide est là, elle sait qu’il va s’installer et que sa vie ne sera plus jamais la même.  Que lui reste-t-il ?

Pas de cris, d’hystérie, de conflit… mais des silences, des respirations, des soupirs… à l’image de ce que vit Anne-Marie.

A mon humble avis…

Qui ne serait pas ému par cette mère follement humaine ? Qui ne serait pas bouleversé à la lecture de cette absence douloureuse ?

Personnellement, je ne me lasse pas de la subtile plume de Philippe Besson, rythmée et précise. Il narre si bien les angoisses de la solitude et le grand vide du personnage principal. Il a l’art de faire résonner en nous les petits détails du réel.   

Il a écrit cette fois-ci un récit intime qui relève de l’universel et nous touche profondément.

« C’est passé vite quand on y pense. »

CE QUE VOUS NE SAVEZ PEUT ETRE PAS SUR L’AUTEUR

Fils d’un père instituteur et d’une mère clerc de notaire, il est la risée  de ses camarades de classe de sixième moquant ses « gestes de fille ». Il s’investit pleinement dans ses études.

En 1989, il s’installe à Paris où il exerce la profession de juriste et enseigne le droit social. 

Durant cinq ans, il sera le bras droit de Laurence Parisot en tant que directeur des ressources humaines.

Son modèle en matière de littérature est Marguerite Duras.

En août 2001, il publie Son frère, qui est retenu pour la sélection du Prix Fémina. L’adaptation cinématographique qu’en fait Patrice Chéreau en 2003 reçoit  l’Ours d’argent au Festival de Berlin. 

En septembre 2017, il publie Un personnage de roman,  récit intime de la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron. Le livre est un succès commercial et se classe parmi les meilleures ventes de livres de l’année.