Print Friendly, PDF & Email

Juillet 2019 – Sandrine Bourgeois

Le petit coin lecture a pris un immense plaisir à vous concocter quelques idées de livres éclectiques, récents ou plus anciens à emporter dans vos bagages. Lire des romans est déjà un merveilleux voyage, suivre les personnages sur le lieu de vos vacances n’est-il pas un délice supplémentaire?

Alors laissez-vous emporter et dépayser aux quatre coins du monde dans le tourbillon d’histoires romanesques, historiques, policières… Sensations fortes assurées ! Prêt ou prête au décollage ? Alors suivez-nous à la découverte de quelques romans à travers le monde.

Grèce : L’enfant qui mesurait le monde, Metin Arditi

Un roman qui transcende la beauté de la Grèce…

« L’enfant qui mesurait le monde  » de Metin Arditi est un roman serein qui met en scène la Grèce tout en lui rendant hommage. Trois personnages cabossés par la vie vont apprendre à se connaître et à panser leurs blessures.

Eliot, un architecte américain est venu sur l’île de Kalamati sur les traces de sa fille décédée accidentellement. Il souhaite poursuivre les recherches de sa fille sur le nombre d’or. Il rencontre Yanis, un enfant autiste et sa mère qui travaille sans relâche. Les mythes grecs accompagnent ce magnifique roman.

« L’enfant qui mesurait le monde » est lumineux et enchanteur comme une île grecque.

Prix : Méditerranée – français – 2017 / Grand Prix du Meilleur Romain des Lecteurs Points 2017

Editions Grasset

France : La vie secrète des écrivains, Guillaume Musso

Embarquement pour une ile imaginaire près de Porquerolles

Le Petit Coin Lecture est parti sur la côte d’Azur, au large des rivages de la Méditerranée sur un île imaginaire identique à celle de Porquerolles, découvrir le dernier roman de Guillaume Musso.

Un livre aux allures subtiles de thriller. Certains plissent le nez lors de l’évocation de Guillaume Musso. Il serait dommage de passer à côté de ce roman qui est une véritable réussite. La narration est palpitante de bout en bout.

Un jeune écrivain qui cherche l’inspiration veut obtenir des conseils du célèbre auteur Fawles qui n’a plus donné une seule interview depuis vingt ans. Une jeune journaliste suisse essaie de son côté d’approcher l’écrivain pour percer son secret. Un corps de femme est découvert sur une plage. L’enquête commence…

Guillaume Musso partage avec brio ses réflexions malicieuses sur les difficultés de la vie des écrivains et sur le processus d’écriture. Il fait dire avec humour à un de ses personnages «Comme Margaret Atwood, je pense que vouloir rencontrer un écrivain parce qu’on aime son livre, c’est comme vouloir rencontrer un canard parce qu’on aime le foie gras».

Ce roman grouille d’idées et de facéties : une lecture addictive pour l’été avec à la clef dépaysement, réflexions, suspens et émotions.

Éditions Calmann Lévi

Suisse : La Machination, de Jérémy Ergas

L’intrigue de ce polar « La machination » aux Éditions Slatkine se situe en plein cœur de Genève. L’écrivain Benjamin Novelle est retrouvé assassiné, en rentrant d’une soirée littéraire chez de riches banquiers à Cologny.

Le corps du romancier, Benjamin Novelle est retrouvé sans vie aux Eaux-Vives. Son dos est gravé d’inscriptions en lettres de sang. Il y est mentionné la liste des sept commandements de l’écrivain.

Quelques semaines plus tard, Un éditeur et un agent littéraire sont tués dans les mêmes conditions. L’arme du crime fait référence à « La colonie pénitentiaire » de Kafka. La presse s’empare de ces faits divers et la frayeur s’empare de Genève. Le tueur a pour objectif affiché de restaurer la splendeur de la littérature passée et empêcher le livre de devenir un simple objet de consommation. Un journaliste et deux écrivains s’intéressent de très près à ces meurtres.

L’enquête piétine, jusqu’au dénouement final surprenant. Malgré quelques incohérences, ce roman policier offre une satire intéressante du milieu littéraire genevois. Un bon polar pour les vacances qui se déroule à Genève dans de nombreux lieux mythiques et les bonnes adresses branchées. Un polar étonnant qui pousse à la réflexion tout en se divertissant.

Editions Slatkine & Cie

Chine : Maîtres et esclaves, Paul Greveillac

La Chine de Mao à nos jours

Ce roman épique, nous transporte dans la Chine des années 1950 à nos jours, à travers la vie difficile du peintre paysan Kewei.

La révolution en marche n’épargne pas les paysans qui subissent famine et tyrannie. Kewei peintre talentueux tente de se faire une place dans le monde de l’art chinois. Pour cela, Kewei fait de nombreuses compromissions, jusqu’à renier son père et abandonner sa mère .

Ce roman est une fresque efficace et passionnante sur l’histoire politique de la Chine et ses répercutions terribles sur le peuple. Kewei qui s’est endurci et qui a louvoyé dans les méandres du Parti pour s’extirper de sa condition sera rattrapé par ce qu’il craignait.

Sommes-nous maîtres de nos destins, esclaves de nos égos ? Maîtres de nos rêves, esclave de ce qui les concrétise ? » , interroge l’auteur. L’écriture est élégante percutante.Un roman talentueux et intelligent qui ne laisse pas indifférent face aux nombreux destins broyés sur l’autel idéologique.

Editions Gallimard

Suède : Les âmes englouties, Susanne Jansson

Dans la tourbière suédoise, un mystère à découvrir

Dès les premières pages, le charme de ce roman noir opère. Le lecteur est transporté dans la forêt suédoise humide où les marécages, appelés tourbières sont le théâtre de disparitions mystérieuses. Les descriptions des paysages près de Fengerskog sont sublimes.

Nathalie, une jeune femme au passé douloureux , revient dans la région de son enfance pour y travailler sa thèse sur le réchauffement climatique. Elle y fait la connaissance d’un séduisant étudiant en art. Malheureusement, après une nuit d’amour, il est sauvagement agressé et retrouvé inconscient dans la tourbière. Va-t-il s’en sortir ?

Une enquête est menée par un policier et une célèbre photographe. De nombreux cadavres refont surface grâce à la ténacité de l’équipe policière. Des forces surnaturelles seraient-elles à l’origine de ces disparitions tragiques ? Ce roman est l’occasion de découvrir la diversité biologique de la tourbière et des mythes ancestraux.La nature y tient une place centrale. Ce roman chargé de suspens se lit d’une traite et permet de découvrir l’ambiance mystérieuse de la campagne suédoise.

Editions : Presses de la cité

Japon : La trace, Richard Collasse

Un voyage initiatique à travers le Japon d’hier et d’aujourd’hui.

« La trace » de Richard Collasse est un magnifique roman initiatique qui fait découvrir le Japon entre 1970 et aujourd’hui. Les descriptions et anecdotes sur ce pays permettent au lecteur de découvrir ce pays fascinant et mystérieux. Un français installé au Japon depuis de nombreuses années et marié à une japonaise reçoit des lettres mystérieuses. Il se remémore son passé… «Qui est la mystérieuse femme qui a envoyé ces lettres énigmatiques ? »

« Le passé c’est la trace qu’on laisse derrière soi ». Progressivement, tout en voyageant à travers le Japon, l’histoire captivante de la vie du narrateur se met en place, jusqu’au dénouement poignant et bouleversant. Un magnifique roman passionnant à lire pour mieux comprendre la culture japonaise.

Editions Seuil

Chili : La Pythie, Mélanie Chappuis

Un voyage émotionnel et sensuel au pays des Mapuches au Chili

« La Pythie » de Mélanie Chappuis est un roman délicat et sensuel qui transporte le lecteur au Chili, dans la magnifique région de Lonquimay.

Adèle entrevoit les circonstances exactes de la mort de ses amants au moment de l’orgasme. Don ou malédiction ? Prémonition ou hasard ? L’inquiétude et la honte envahissent Adèle. Elle part pour trouver des réponses et du réconfort sur les traces de son identité au Chili, pays de ses ancêtres, les Mapuches. C’est alors l’occasion de découvrir le Chili et ses hautes montagnes où les oiseaux son rois…

Le lecteur va également explorer avec Adèle le phénomène de l’extase et la modification de l’état de conscience.

Editions Slatkine

Etats-Unis : Pop-corn girl, Laure Mi Hyun Croset

Les tribulations d’une suissesse aux États-Unis

Ce court roman teinté d’une délicieuse pointe d’ironie « Pop-corn girl » de Laure Mi Hyun Croset » se dévore d’une seule traite et se range facilement dans les bagages. Emma, une jeune Suissesse découvre avec candeur les charmes de la vie estudiantine de Chicago. Elle rêve d’intégrer l’équipe de pomp pomp girls de son école. Nous découvrons avec les yeux d’une adolescente la vie de la banlieue de Chicago. Un livre où crépite l’humour grâce à la candide et coquine étudiante.

Editions BSN Press

Italie : Le pays que j’aime, Caterina Bonvicini

Une histoire d’amour aux parfums d’Italie

« Le pays que j’aime » de Caterina Bonvincini se déroule dans lItalie entre 1975 et 2013 dans la région de Bologne. Un beau roman d’amitié et d’amour qui fait découvrir une page de l’histoire de l’Italie moderne.

Olivia et Valério s’aiment, mais tout tend à les séparer. Olivia est issue d’une riche famille d’entrepreneurs et Valerio est fils de domestiques. Nous allons suivre le déroulement de leur vie chaotique, aux choix pas toujours judicieux.

« Le pays que j’aime »est roman attachant où les contradictions humaines sont évoquées avec justesse.

Editions Folio

Russie : Un gentleman à Moscou, Amor Towles

La Russie aux charmes surannés

Un gentleman à Moscou est une fresque épique russe qui relate la mise en détention par les bolcheviks en 1922 du Comte Alexandre Llitch Rostov, assigné en résidence surveillée dans un Palace de Moscou.

Nous suivons avec émerveillement les péripéties de ce Comte aux manières raffinées et à l’esprit pétillant. Il traverse sans se plaindre, et avec bonne humeur son enfermement pendant plus de trente ans en qualité de serveur dans l’hôtel de luxe.

Il rencontre des clients truculents, une actrice qui veut réussir, une enfant ingénue qui devient une femme de caractère, un colonel de l’Armée Rouge. Le personnel de l’hôtel a des difficultés à se départir de l’étiquette du passé et continue à nommer le Comte « son Excellence», ce qui est cocasse.

Le choc entre les cultures bolchevik et aristocratique russes donne à ce roman un ton humoristique, nostalgique et critique. Enfermé dans l’hôtel, le lecteur assiste au déroulé de l’Histoire de l’Union Soviétique.

Il y a du Tolstoï dans cette écriture délicate, aux longues descriptions.

Ce roman donne envie de découvrir Moscou, la ville de naissance du Comte, Saint- Petersbourg, ou de se (re)plonger dans Anna Karénine. Un roman à découvrir pour les amoureux de littérature russe.

Editions Fayard

Algérie : Tous les hommes désirent naturellement savoir, Nina Bouraoui

L’Algérie contrastée aux senteurs citronnées

« Tous les hommes désirent savoir » titre du dernier roman de Nina Bouraoui est tiré d’une citation de « Métaphysique » d’Aristote.

C’est bien ce que recherche Nina Bouraoui (de mère bretonne et de père diplomate algérien) comprendre le déchirement qu’elle ressent entre d’une part, la culture française et algérienne et d’autre part, son attirance fulgurante pour les femmes, qui la culpabilise.

S’entrecroisent alors ses souvenirs d’enfance en Algérie pays aux senteurs citronnées, les paysages ensoleillés de la Méditerranée, et ceux de son adolescence tumultueuse en France dans les bars lesbiens. « C’est ce que je ressens avec ma famille française, ça ne prend pas, ça ne prendra jamais, ça me met mal à l’aise, c’est comme être à côté de soi, comme si je ne pouvais pas m’aimer en entier. J’éprouve cela aussi avec ma famille algérienne… Nous sommes si différents ».

Le lecteur, balloté entre la France et l’Algérie entre au cœur de l’intimité de la narratrice qui utilise la première personne du singulier et le présent. Les chapitres sont courts et incisifs. L’écriture est fluide et subtile. Une lecture qui ne laisse pas indifférent.

Editions Lattès

Kenya : La ferme africaine, Karen Blixen

Des sensations et des émotions fortes

Elle a de l’argent, et ce Baron Blixen sans un sou a un titre…  de ce constat nait un mariage sans grand enthousiasme qui lui permet de quitter son Denmark où elle étouffe pour une nouvelle vie en Afrique de l’Est…

« La ferme africaine » de Karen Blixen est un roman autobiographique qui est une véritable déclaration d’amour à l’Afrique. Le film « Out of Africa» est un court résumé du magnifique témoignage de Karen Blixen qui a vécu de 1913 à 1931 au Kenya, près de Nairobi. Elle y raconte son quotidien, les indigènes kikuyus, la splendide nature sauvage. Elle fait part de ses problèmes de couple avec son mari syphilitique et évoque son grand amour. Un ouvrage qui invite au voyage et à la découverte du Kenya et de ses grands espaces.

Editions Folio

Othmar Ammann