Print Friendly, PDF & Email

La jeune écrivaine québécoise Rebecca Déraspe prend sa plume, après la naissance de son premier enfant, pour parler de la solitude des parents trentenaires.21-12-2016-photo-de-rebecca-deraspe-par-julie-artacho

Nino a 1 an, c’est son anniversaire. Après la fête, les jeunes parents Jules et Sandrine se retrouvent en petit comité avec Charlotte, la petite sœur de Jules, Marion la meilleure amie de Sandrine et Eric, la cinquantaine, le nouvel amoureux de Charlotte. Mais Nino pleure sans cesse. Et chacun y va de son petit conseil pour calmer le bébé, chacun pose un jugement sur les parents un peu désemparés. Peu à peu, dans ce huis-clos étouffant envahi par les pleurs de Nino, les tensions jaillissent, les protagonistes se lancent leurs quatre vérités à la tête… non sans conséquence.

La pièce, écrite sur un rythme vif et enlevé, oscille entre comédie et drame. Elle pointe du doigt le décalage entre ceux qui ont des enfants et ceux qui n’en ont pas encore. Elle montre la difficulté de laisser le père prendre sa place, surtout quand ledit père trouve des avantages à rester en retrait. Elle dénonce le regard social peu empathique jeté sur une mère osant avouer que la maternité ne suffit pas à la rendre heureuse.

lunettes

Profitez au maximum de vos sorties culturelles avec le Salon Culturel de Champel.  Vous trouverez les dates des spectacles ainsi que des séances encadrant la sortie. Vous pouvez aussi vous inscrire en cliquant sur l’onglet “Inscriptions”.

Pour plus de détails: http://www.open-world.ch/lesalon/ ou téléphonez au 022 346 01 97

La scénographie épurée est originale, les déplacements et les mouvements des acteurs sont intéressants et soutiennent le propos. Cependant, le parti pris du metteur en scène Yvan Rhys pose problème. En effet bien que la pièce soit construite en crescendo (les conflits sont de plus en plus aigus), Y. Rhys choisit de faire crier les acteurs dès le début. Il reste dès lors peu de place pour une évolution dans le jeu. C’est fort dommage, car sans les silences et les pauses, il est difficile pour les spectateurs d’éprouver des émotions fortes.

Malgré cette réserve, le spectacle en vaut la peine, ne serait-ce que pour découvrir le texte et la langue québécoise aux expressions savoureuses. Vous pouvez la voir seule ou accompagnée de 2 autres pièces également québécoises (Unité Modèle et Les Morbydes) dans les fameux SLOOP que le Poche propose les week ends : 3 pièces avec les mêmes acteurs, jouées à la file. Un véritable exploit! A voir Au Poche du 5/12 au 29 /01 !

Isabelle Stroun, décembre 2016

pastille-site

Théâtre Poche

Vieille-Ville

Rue du Cheval-Blanc 7

1204 Genève, Suisse