Print Friendly, PDF & Email

oona-&-salinger“Ils ne se marièrent jamais et n’eurent aucun enfant.”

Cette phrase qui conclut la présentation par Beigbeder lui-même de son livre, est une excellente introduction à l’histoire qu’il nous raconte.

Le pitch : la rencontre en 1940 à New-York de J.D. Salinger, beau brun ombrageux, futur auteur de “L’Attrape-coeurs”, un des livres les plus vendus au monde,  et Oona O’Neill, quinze ans, figure de la vie mondaine de l’époque, jeune fille fragile, délaissée par son père, Eugène O’Neill, prix Nobel de littérature.

Salinger est très amoureux. Oona… l’aime bien.  Cet amour à sens presque unique dure six mois. Puis elle se lasse. Jerry s’engage dans l’armée en 1942 et part libérer la France, tandis qu’Oona décide de tenter sa chance à Hollywood.

Pour supporter la guerre, Jerry écrit des lettres à Oona. Elle devient à partir de ce moment-là un amour perdu et idéalisé, une femme rêvée, une muse inaccessible et elle le restera toute sa vie. N’ayant pas été autorisé à consulter ces lettres, Beigbeder les a imaginées. Cette partie épistolaire donne des pages poignantes sur l’évocation de la guerre,  dont Salinger reviendra traumatisé ce qui le poussera à se retirer du monde à partir de 1963.

Pendant ces mêmes années, Oona rencontre Charlie Chaplin. Il a trente-sept ans de plus qu’elle. Ils se marient. Frédéric Beigbeder décrit la vie du couple Chaplin à Hollywood pendant ces années, une vie plutôt frivole et mondaine alors que la guerre secoue l’Europe. Deux univers se croisent, comme se croisent la vie de l’auteur et celles des héros de son livre.

Même si l’écrivain se met  souvent en scène, il signe un livre original et émouvant, en ressuscitant  ce monde disparu. Il donne la parole dans son style moderne à des mythes comme Hemingway ou Truman Capote. On peut ne pas aimer ce genre littéraire, “la faction”, mais l’enthousiasme de Frédéric Beigbeider et surtout l’admiration sans bornes qu’il voue à Salinger, l’homme qui lui a donné “le goût de lire et le dégoût de vieillir”,  en font un livre très attachant.

A lire en ce début d’automne, pour naviguer entre nostalgie d’un monde perdu et  mystère magnifique des destinées.

Laurence Stéphan, Septembre 2014.

“Oona & Salinger” de Frédéric Beiberder. Editions Grasset 2014.