Print Friendly, PDF & Email

Sandrine Bourgeois – mai 2019

Le Petit coin lecture a été charmé par Agnès Martin-Lugand, une femme lumineuse et attentive aux autres. Un bon moment que nous partageons avec vous (entretien réalisé lors du Salon du Livre de Genève le 1er mai dernier).

Le petit coin lecture : Racontez-nous votre expérience magique d’écrivain  ?

Agnès Martin-Lugand : Tout est allé  très vite, ma rencontre avec les lecteurs et mon éditeur Michel LAFON. Et ce qui est merveilleux, c’est que j’ai la possibilité d’écrire d’année en année avec toujours autant de plaisir.
Les lecteurs qui sont au rendez-vous depuis six ans m’apportent énormément. Ce sont des rencontres bouleversantes qui me nourrissent.  Ils portent mes personnages à ma place.

La dimension  magique de ce que je vis,  ce sont les traductions de mes romans à l’étranger, dans une langue qui n’est pas la mienne. Je me suis aperçue que peu importe la langue, la culture, l’ histoire, le contexte géopolitique, finalement l’être humain se retrouve sur les émotions, sur le chagrin, sur le rire, sur l’amour, sur l’amitié, sur la famille. C’est très rassurant sur l’être humain et très enrichissant. Toute la magie au-delà du plaisir de l’écriture  se saisit dans les rencontres humaines. Je ne m’attendais pas en écrivant à toutes ces rencontres extraordinaires.

PCL : Comment écrivez-vous ?

AML : Je n’écris qu’en musique, j’ai partagé à la fin du livre « Une  Evidence », la playlist qui suit la chronologie du roman. Ces musiques m’inspirent, nous soutiennent et nous accompagnent, mes personnages et moi.

LPCL : Comment faites-vous pour explorer aussi finement la nature humaine ?

AML :  Je suis passionnée par les réactions et les mécanismes psychiques que l’on met en place pour avancer dans la vie et essayer de s’en sortir plus ou moins bien.  Pourquoi fait-on des mauvais choix ? Pour qui ? Comment batailler avec soi-même et avec les autres ? Comment cicatriser ses blessures ?  J’aime dans l’écriture  réussir à trouver les mots pour faire ressortir une émotion.

PCL : Comment construisez-vous vos personnages ?

AML : Je me mets  à la place de mes personnages et je m’efface derrière eux. Je dois être en fusion avec eux pour commencer à écrire et je me laisse ensuite littéralement  cueillir. Il y a un lien magique qui s’opère. Tout ce que le personnage va sentir, je vais le ressentir également. Dans mon dernier roman « une Evidence », le personnage principal Reine n’est pas moi, mais elle prend ma place.  Je pleure avec Reine. Je tombe amoureuse et vibre avec elle. Je ressens dans mon corps ce qu’elle ressent.

PCL Pouvez-vous nous expliquer le choix du titre « Une Evidence »? .

 Agnès Pour la première fois, un titre court s’est imposé à moi tardivement.  Dans une idée de lâcher prise, je n’ai pas voulu  me forcer à trouver un titre long qui n’aurait pas de sens alors que j’en ai trouvé un court qui raconte une histoire à lui tout seul.
PCL Pourquoi avoir choisi le thème principal du mensonge pour votre dernier roman ?
Agnès Il y a plein d’histoires à raconter derrière le mensonge. Pourquoi ment-on ? Pour se protéger ? Pour protéger les autres ? Comment vit-on avec le mensonge ? Ce qui m’intéressait avec « Une évidence » était de voir comment Reine s’est enfermée dans son mensonge et avait fini par y croire. Alors, comment passe-t-on  du mensonge au pardon ? Et comment peut-on se pardonner soi-même ? C’est un  champ des possibles fascinant  pour un auteur.
PCL : Votre dernier roman se déroule en grande partie à A Saint-Malo, pouvez-vous nous conseiller une visite particulière dans cette ville ?
Agnès C’est une ville importante pour moi. Je vis à Rouen, mais une partie de ma famille vit à Saint-Malo où je suis née. il faut faire avant tout le tour des remparts. Ce qui donne une bonne perspective de la ville.

Site web de l’auteure >>>

Lire l’article du Petit Coin Lecture sur le roman « Une évidence » >>>