Print Friendly, PDF & Email
Yves Saint Laurent film

yves-saint-laurent-afficheDans les années 60, Yves Saint Laurent, un jeune homme trop mince, trop sensible et trop timide devient un mythe de la mode.

Le réalisateur Bertrand Bonello nous fait traverser l’éblouissante décennie de la maison de couture (1967-1977)  à travers l’errance dépressive de son icône qui se perd dans le Paris de l’époque.  Drogue, alcool, sexualité débridée, liaisons dangereuses,… forment un cocktail qui exacerbent  le génie créatif et visionnaire du couturier mais le détruisent sur le plan personnel.

Le film est très esthétique et la mise en scène nous projette dans l’atmosphère  de ces années sulfureuses.  L’image et la musique sont  quasi psychédélique et contribuent à soutenir l’anxiété de cet artiste qui s’égare. Le scénario explore aussi la pression et le travail autour des collections, notamment les rapports entre le  créateur et l’atelier qui interprète et donne vie à ses créations.

Malheureusement, on se perd parfois un peu dans le déroulement de l’histoire ponctuée de nombreux “flash-back” et “flash-forward”, mais malgré ces maladresses, le film reste à voir. Si vous avez loupé le premier YSL sorti en début d’année et interprété par Pierre Niney, nous vous le recommandons également.  Les points de vue des scénarii sont différents mais ne se démentent pas: l’un raconte l’histoire de Pierre Bergé et son pygmalion, l’autre celle du couturier dans son époque.

C.A.B., octobre 2014