Sandrine Bourgeois – mars 2020

Le petit coin lecture vous invite à la découverte de l’auteur du “Livre de la Jungle ” et du célèbre poème “Si” : Rudyard Kipling! Laissez vous guider par Pierre Assouline, dans l’Angleterre du début du XXème siècle.

Une fois de plus, Pierre Assouline, membre de l’Académie Goncourt, auteur de nombreuses biographies et romans (Simenon, Albert Londres, Camondo, Cartier-Bresson, les invités) réussit un tour de maître dans son dernier roman « Tu seras un homme, mon fils ». Il redonne vie au célèbre prix Nobel de littérature Rudyard Kipling et à son poème éponyme « Si ». Traduit librement en français par André Maurois, « Tu seras un homme, mon fils » exprime la bienveillance d’un père envers son fils, en lui servant de guide sur les voies de la perfection, et de la maturité.

Ce texte intemporel a inspiré de nombreuses générations et reste d’actualité. Qui était Kipling ? Que cachait-il derrière sa carapace ? Quelle relation particulière entretenait-il avec son fils ? Quel rôle a-t-il joué dans son funèbre destin ? Quelle est sa part de responsabilité ? Laissez-vous transporter au cœur d’une enquête documentée et passionnante menée par le personnage fictif et attachant de Louis Lambert, imaginé par Pierre Assouline.

L’histoire

Le jeune professeur de français Louis Lambert, marié à une femme adorable, rencontre par hasard en cure thermale dans les Pyrénées, l’illustre écrivain francophile, Rudyard Kipling. Le professeur rêve de traduire le poème “Si” et d’obtenir l’autorisation de son auteur préféré. La première rencontre est un échec, car Kipling se méfie des journalistes et encore plus des biographes. « …la race des biographes, laquelle, je vous le confirme, me fait horreur ». Progressivement, Louis Lambert réussit à apprivoiser l’écrivain qu’il adule.

Il est convié à séjourner quelques temps en Angleterre pour perfectionner le français médiocre de John, le jeune fils attachant de Kipling peu doué pour les études. Le professeur y découvre un homme complexe, impérialiste, colérique, visionnaire, farouchement germanophobe qui ne laisse pas paraître ses sentiments. La première guerre mondiale éclate. Pour faire honneur à son père nationaliste, John Kipling, encore mineur, s’engage dans les troupes britanniques pour combattre aux côtés des français. Il passe outre deux handicaps, une sévère myopie et sa faible constitution. Il est déclaré disparu en 1915, laissant son père, déjà orphelin de fille, terrassé de douleur, et de culpabilité.

Pourquoi vous allez aimer

Pierre Assouline jongle finement avec les anecdotes historiques et les références littéraires, tout en apportant émotion et sensibilité à ce roman biographique.
Le récit aborde le thème de la transmission paternelle. En découlent de nombreuses réflexions liées à  l’influence d’un père sur le destin de son fils. «Mais comme il est compliqué de devenir le fils de son père», notamment lorsque ses exigences sont si élevées. «Il faut une sacrée force de caractère pour se soustraire à cette injonction d’excellence».

Il est également poignant de suivre Kipling arpenter pendant des années les champs de batailles à la recherche d’informations et d’éventuelles traces de son fils.
Pierre Assouline a des mots puissants pour décrire la première guerre mondiale et réussit avec brio à restituer l’atmosphère du monde avant et après ce cataclysme. «Les guerres mettent tout un peuple à l’épreuve, et pas seulement ceux qui endurent la bataille. La sidération provoquée par l’hécatombe était si forte que les ravages de la grippe espagnole passait au second plan ».

Le fil conducteur de l’ouvrage reste avant tout le magnifique poème de Kipling « Si » et la traduction approximative réalisée par André Maurois. « Tu seras un homme, mon fils » est au cœur du dénouement de ce récit.
Le Petit coin lecture voue une forte admiration à la belle écriture percutante de Pierre Assouline et vous laisse découvrir la personnalité passionnante et « so british » de Kipling.

A écouter, le poème de Rudyard Kipling,   interprété par le chanteur Bernard Lavilliers ( album “If” sorti en 1988) :