Isabelle Stroun du Salon Culturel de Champel – Décembre 2017

Que pouvons-nous aller voir au théâtre entre janvier et juin 2018  à Genève ? Une petite sélection d’une offre très riche !

Pour le début de 2018, vous pourrez choisir un classique, comme celui de Beaumarchais, avec  Le mariage de Figaro, à La Comédie ; ou encore l’auteur contemporain Joël Pommerat avec La grande et fabuleuse histoire du commerce, au Grütli, qui met en scène cinq vendeurs itinérants.

Théâtre de Poche : vous pouvez découvrir  jusqu’à fin janvier l’auteur québécois Martin Bellemare, mis en scène par le talentueux Joan Mompart. Son personnage, “Robert Moule”, travaille dans une école primaire. C’est un éducateur convaincu et engagé. Mais un jour une préadolescente rebelle l’accuse d’agression sexuelle. Le sujet est des plus actuels mais la pièce garde de l’humour et de la délicatesse.

Toujours en janvier, au Poche, Antoinette Rychner, jeune auteure suisse, crée avec “Arlette” un voyage de la conscience qui nous pousse à nous interroger : que  ferions-nous si nous pouvions revivre quelques instants et rejouer quelques actes manqués ?

La troupe du  tg STAN (acronyme de Stop Thinking About Names) est de retour avec “Quoi/Maintenant” au Théâtre le Saint-Gervais, du 11.01.2018 au 13.01.2018. Le texte est de Marius von Mayenburg et Jon Fosse. Une fois encore, les belges de tg STAN touchent juste en alliant deux pièces du répertoire pour en faire une satire cruelle qu’on se réjouit de découvrir avec ces acteurs hors-pairs.

Les 6 et 7 Février, deux jours pour découvrir  “Frères ennemis” au Forum Meyrin : Cédric Dorier transforme La Thébaïde de Racine en une mise à mort de la cellule familiale, sur fond de conflits générationnels et de luttes de pouvoir .

Du 19.02.2018 au 11.03.2018 au Poche, encore un spectacle avec une proposition originale et moderne. Dans une voiture, un frère et une soeur roulent sur une autoroute. “Bois Impériaux” est un drame qui,  en s’appuyant sur un dispositif immersif à la fois sonore, lumineux et scénographique, nous plonge dans l’univers puissant de Pauline Peyrade (découverte avec CTRL X) pour proposer une œuvre haletante, entre fait divers et mythe contemporain.

Le 10 avril au Forum Meyrin, “Verso Medea”, la tragédie d’Euripide Médée est transposée dans le fin fond de la Sicile d’aujourd’hui par Emma Dante, considérée comme une des plus importantes personnalités du théâtre d’avant-garde en Italie.

Et du 10 avril au 13 mai au théatre de Carouge, nous pourrons voir ou revoir Amour et Psyché de Molière dans une mise en scène de Omar Porras qui a remporté un succès éclatant à Lausanne au Théatre Kléber-Méleau l’an dernier.

En mai, le théâtre Alchimic présentera “Le rêve d’un homme ridicule” de Fedor Dostoïevski. Un homme à l’esprit suicidaire, en marge de la société, rentre chez lui et après une rencontre fortuite avec une petite fille. Au moment de passer à l’acte fatal, s’endort et fait un rêve lui révélant les fondements de ce monde. Il découvre alors la dimension de la vie vivante à côté de laquelle nous passons.

Et enfin, à la fin du mois de mai, pourquoi ne pas revoir Dom Juan de Molière à la Salle Pitoëff ? D’autant plus que l’Opéra des Nations propose le Don Giovanni de Mozart en juin ! Deux œuvres à comparer pour comprendre le mythe puissant de ce personnage fascinant.

BONS SPECTACLES !!