Print Friendly, PDF & Email

Czapek2

drapeau-de

Que peuvent partager aujourd’hui un footballeur, un spécialiste de l’art contemporain et un prince tchèque ? La passion pour le beau et pour l’aventure… Début de réponse de Xavier de Roquemaurel, co-fondateur de la marque de montres Czapek & Cie.

Cette aventure commence en 1832 lorsqu’un horloger tchèque, Franciszek Czapek arrive à Genève. En 1839, il s’associe avec un compatriote nommé Antoine Norbert de Patek et fonde l’entreprise Patek, Czapek et cie. C’est une réussite mais au bout d’une collaboration de 6 ans, les deux associés se séparent. Czapek va alors se tourner vers un nouveau partenaire, Juliusz Gruzewski, et créer la société Czapek & Cie en 1845. Par ses relations, celui-ci ouvre les portes de la cour impériale de napoléon III et l’entreprise en devient le fournisseur officiel. C’est un succès. A sa mort, Czapek fait partie des 5 plus grands horlogers au monde. Mais sans descendance, la société finit par disparaître et sa marque devient une simple référence dans l’univers des collectionneurs d’aujourd’hui.

Peu de temps avant son décès, Czapek, désireux de faire connaître sa passion et ses connaissances, va écrire un traité intitulé simplement « Horlogerie » (Słów kilka o Zegarmistrzowstwie ku użytku zegarmistrzów i publiczności). Pour lui, il s’agit de « transmettre et partager ».

C’est dans cet esprit que Harry Guhl, Xavier de Roquemaurel et un maître horloger anonyme, décident de relancer la marque tombée dans l’oubli. Ils sont passionnés par l’histoire de Czapek mais aussi par l’esprit qu’il a donné à ses montres, ce qu’ils appellent son « ADN ». Car Czapek est avant tout un esthète. Pour lui, il s’agit de « rechercher la beauté à travers la mesure du temps ». Cela se traduit par l’association d’éléments qui, séparés, apparaitraient démesurés mais assemblés, deviennent beaux : des chiffres romains larges, des aiguilles à fleur de lys, des compteurs excentrés, une signature secrète.

Czapek mécanismes 1

Ils vont reprendre cette « patte » tout en la modernisant. Pour cela, ils vont s’associer aux meilleurs fournisseurs mais dans un esprit de partage, c’est-à-dire avec le souhait de construire des relations « horizontales » et non « verticales ». Il s’agira de parler d’exception mais aussi d’aventure, soit en leur lançant des défis technologiques, soit en les écoutant afin qu’ils prennent pleinement leur place dans l’élaboration du produit. Avec des innovations à la clé, telle la boite nommée « révolution » qui s’inspire des mathématiques de Boole…

Il s’agit des Artisans Boîtiers pour les boîtes, de Donzé Cadrans pour les cadrans en émail grand feu, de Waeber HMS pour les aiguilles stylisées, de Camille Fournet pour les bracelets ou encore, pour le design, Neo Desis. C’est Jean-François Mojon de Chronode, qui se charge de l’assemblage.

Certains vont d’ailleurs devenir personnellement actionnaires de la société. Car cette envie de partage se retrouve également dans le mode de financement de l’entreprise. Fidèles à l’esprit de Czapek mais également dans un regard résolument moderne et tourné vers l’avenir, Harry Guhl et Xavier de Roquemaurel ont décidé de parier sur le crowdfunding equity.

L’idée ? Le financement participatif. Que chacun se sente acteur de l’aventure et ambassadeur personnel de la marque, qu’il soit footballeur, prince tchèque ou spécialiste de l’art contemporain, en achetant des actions. Que les amateurs de belles choses et de valeur, quels que soient l’âge et les styles, participent à un rêve…

Czapek & Cie innove également en étant la première société qui fait du « multiplateforme simultanée dans plusieurs juridictions », c’est-à-dire qui a un modèle financier répondant à la fois aux obligations légales de la Suisse, de la France et de la Grande Bretagne.

czapek4
Le résultat s’appelle « Quai des Bergues », en souvenir des ateliers de Czapek qui y étaient installés et pour résolument inscrire la marque dans l’histoire traditionnelle de l’horlogerie suisse. Il s’agit de leur première collection de 6 modèles de montres qui s’inspire de la montre de poche référence n°3430 fabriquée en 1850, tout en alliant modernité et technologie.

Mais le souhait est d’équilibrer « participatif » et « exclusif »… L’objectif est donc de rester dans l’univers de l’exception. Les premières montres seront disponibles à l’automne 2016. Le prix d’appel est de 9900 CHF. Elles ne seront distribuées que dans une vingtaine de points de vente dans le monde.

Virginie Hours, janvier 2016

Lien direct sur le site web de Czapek
pastille-site