Print Friendly, PDF & Email

Par Virginie Hours – Novembre 2016

« Je vais au-delà de la lumière. L’objectif n’est pas de posséder une bougie traditionnelle mais de garder la lumière, ce que les photophores permettent »… Pour Serena Dignola-Russignan, native de Lugano, les photophores sont avant tout une affaire de rencontre.

Il y a plusieurs années, cette avocate de formation entre par hasard dans un restaurant de Vincenzo et est frappée par la décoration, faite de plusieurs photophores allumés. Elle obtient les coordonnées de la créatrice, lui écrit pendant plusieurs années avant de lui proposer d’assurer l’import-export de ses produits pour la Suisse où elle habite avec son mari. Mais ce jour-là, Alessandra l’informe de sa décision de cesser la production des photophores. Avec la question sous-jacente : ne souhaite-t-elle pas reprendre sa suite ? Serena accepte. « Quand je suis arrivée dans son atelier, j’ai eu le sentiment que tout était évident. Là était ma place. Ce n’est pas un travail convenu, il faut y mettre de l’âme ». C’est donc une histoire de transmission, de passation de flambeau entre deux femmes passionnées.

Plus tard, Serena achète le matériel nécessaire, le fait venir en Suisse, se bat contre les tracasseries administratives, mais sans jamais baisser les bras. « Je me sens comme appelée » nous explique celle qui voit ses créations comme un moyen d’apporter du positif autour de soi. Car chaque pièce est unique. Elle aime donc travailler en pensant à ceux qui achèteront ses photophores ou, encore mieux, être à l’écoute des souhaits de ses clients et participer à leur bonheur par sa création. Comme pour cette cliente qui lui demande des photophores de couleur grise pour habiller sa maison qui est très moderne. « La flamme, c’est une philosophie de vie » selon elle.

Les souhaits des clients sont également autant de défis techniques à relever. Ainsi, lorsqu’un mari lui explique qu’il souhaite offrir à son épouse pour leur 4ème anniversaire, un photophore arborant une photo du jour de leur mariage, elle relève le défi et expérimente plusieurs techniques avant de trouver la solution. Maintenant, elle propose des photophores avec les photos des enfants ou des petits-enfants, des partitions de musique ou des dédicaces !

Elle rencontre également Pierre Bouvier du château Le Rosey qui lui demande des photophores blancs mais avec une base noire… C’est lui qui, de par sa formation d’architecte, lui donnera le « truc » pour des photophores qui, dans la nuit, donnent l’illusion de flotter dans l’air…

Pourquoi un photophore plus qu’une bougie ?

Pour les multiples possibilités qu’il offre puisqu’il peut se transformer en vase, en bougie, en cache-pot, en objet-flottant… Chaque photophore, réalisé entièrement en cire, est une pièce unique. « Je ne peux pas faire 50 pièces d’une même couleur car je n’utilise qu’une cuve par couleur » nous explique-t-elle dans son atelier où se côtoient des photophores de toutes les formes et de toutes les couleurs. Et, en exposant l’un d’eux à la lumière, elle complète: « Regardez ! Les photophores vivent. Les couleurs changent selon la lumière et quand la lumière descend, l’objet semble se modifier ».

Néanmoins, elle nous avoue avoir une préférence pour les photophores de couleur blanche et les loue volontiers pour la décoration d’un mariage ou d’un évènement particulier.,Elle produit également des photophores en boule de papier de coton. Pour répondre à une commande précise, il lui faut environ une semaine.

Prix des locations : 20% du prix des photophores.

Prix des photophores : de 25 à 300 chf

Serena Dignola-Russignan

La Lumière du Temps

Route de Signy 8

1262 Eysins (VD) – Suisse

lalumieredutemps@gmail.com

www.lalumieredutemps.ch

tel : 076 366 88 74