Print Friendly, PDF & Email

picto-haut-sevaderLe musée des Beaux-Arts de Lausanne expose 67 toiles prêtées par la galerie Tretiakov de Moscou,

révélant un pan de l’art russe  presque ignoré en Europe, la peinture de paysages dans la seconde moitié du 19e siècle.

Au milieu du 19e siècle, un groupe d’artistes rompt avec l’idéalisme classique et rejoint le grand mouvement réaliste européen. Les thèmes choisis n’ont rien d’anecdotiques mais sont liés à la redécouverte du paysage russe et au désir des artistes de changer la société.  A l’heure de la modernisation de la Russie, le servage est aboli en 1861, et de la quête d’une identité nationale, ces artistes novateurs veulent illustrer les spécificités du paysage russe, autant dire de l’âme russe, et participer à l’émancipation du peuple en développant sa conscience critique. Pour promouvoir cette nouvelle peinture, ils fondent la “Société des peintres itinérants” qui domine la vie artistique pendant une trentaine d’années. Ils organisent des expositions itinérantes de leurs oeuvres dans les grandes villes et en province pour “éduquer” le peuple et lui ouvrir les yeux sur sa condition.

Ils s’inspirent de l’école hollandaise du 17e siècle et des réalismes contemporains: l’école de Düsseldorf, l’école de Barbizon et les impressionnistes. Beaucoup ont effectué un séjour chez des maîtres d’atelier, en Allemagne ou en Suisse ( Alexandre Calame).

Cela donne une magnifique exposition organisée par thèmes: la forêt, les nocturnes, les marines ,les chemins, le ciel, la ville…puis les saisons. Plusieurs thèmes sont connotés. Le chemin par exemple, large , indéfini, de terre battue, souvent de boue signifie l’errance des uns, le lourd destin des autres ( ce prisonnier que l’on emmène en Sibérie), les rites religieux dans le cas des pèlerinages ou des processions, le labeur des paysans… Un autre thème, la ville, surtout Moscou la traditionnelle célébrant la Russie éternelle, par rapport à Saint-Petersbourg la moderne, ouverte sur l’Europe…Chaque tableau est commenté sur un petit cartel placé à côté et très intéressant. En sortant on a l’impression de mieux comprendre la Russie de cette époque pré-révolutionnaire.

[star_list]

  • Prenez l’audio-guide,  gratuit et très intéressant. Un tableau est commenté dans chaque salle avec un extrait d’un morceau de musique classique ou d’un poème de cette époque.

[/star_list]

LS Juin 2014

[divider] [/divider]

 

 

 

Ivan Chichkine, Dans la forêt de la comtesse Mordvinova à Peterhof, 1891

Ilia Repine, Dans un champs, V. Répina et ses enfants, 1879

[notification type=”notification_warning” ]

Musée cantonal des beaux-arts

Place de la Riponne,6

1014 Lausanne, Suisse

tel: +41 21 316 34 45

[yes_list]

  • Jusqu’au 5 octobre.
  • Horaires d’ouverture: du mardi au vendredi de 11h à 18h le samedi et le dimanche de 11h à 17h

[/yes_list]

picto-localisation

[/notification]

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.