Print Friendly, PDF & Email
[av_post_meta]

Les avez-vous déjà remarqués ? Ces nouveaux bateaux ne flottent pas, ils volent !

Apparus dans les années 1950 mais développés surtout depuis les années 70, les bateaux dits « à foil » ont pour objectif de glisser plus vite sur l’eau. Comment ? Le foil est un terme anglais utilisé pour désigner aussi bien une aile, un aileron qu’un plan de voilure. À haute vitesse, ces ailerons soulèvent le bateau et le maintiennent hors de l’eau presque totalement, ce qui réduit la force de l’eau. Ce n’est pas le vent qui limite la vitesse d’un voilier mais la conception de sa partie mouillée, la forme de la coque et de la quille. Le voilier est donc freiné par un phénomène nommé “cavitation” et comparable à un mur du son hydraulique. C’est pourquoi, les navigateurs ont réfléchi à la manière d’atténuer ce phénomène et ont commencé à concevoir des bateaux dits « à foil ».

Le premier bateau reconnu, le moth à foil, permet de maîtriser le vol, de virer et d’empanner en volant. Ensuite, on a voulu faire voler d’autres classes de bateau comme les gros catamarans de l’America’s cup, puis les plus petits de la Red Bull Foiling Generation…

Foiling2

Mais ce sport n’est-il réservé qu’à une élite ?

“Pas du tout” nous explique Jean-Pierre de Siebenthal qui a créé son école de voile en 2009, “l’objectif est de faire voler tout le monde”. Selon lui, il n’est pas nécessaire d’être très aguerri pour réussir. Les qualités ? Savoir nager (of course), avoir un bon équilibre, un peu d’agilité, de la réactivité et quelques connaissances fondamentales de la voile. “Avec cette base, je peux faire voler n’importe qui” nous affirme-t-il. “La personne qui a déjà des habitudes ou des automatisme pourra être déroutée au départ car on ne navigue pas “gité” mais “contre gité”. Voilà c’est dit !

Waspz article

Aujourd’hui, il propose de découvrir cette nouvelle glisse sur Quart 23 (monocoque à 3 places) et investit dans les Waszp qu’il compare volontiers au laser. D’après lui, les Waszp vont permettre de démocratiser la pratique du foil et il se réjouit que la Red Bull Foiling Generation ait une étape sur Genève pour populariser ce sport. Les lacs avec du vent comme ceux de Neuchâtel, de Bienne, de Morat ou du Léman sont les meilleurs surfaces pour pratiquer.

Et puis, nous glisse-t-il en terme de conclusion, “le foiling, c’est aussi le silence… et donc, la découverte !”

Plein les yeux du 1er au 3 juillet à Genève

La Red Bull Foiling Generation a été imaginée par les doubles champions olympiques Roman Hagara et Hans Peter Steinacher. Elle est réservée aux jeunes navigateurs âgés de 17 à 20 ans et a pour objectif de leur permettre de découvrir la régate à bord de multicoques à foils et de leur donner un avant-goût d’America’s Cup.

L’événement a été créé en 2015 et a aussitôt remporté un succès fulgurant.

Pour 2016, l’une des étapes est donc prévue à Genève du 1er au 3 juillet.

Plus d’infos : www.redbull.ch/foiling.

Red Bull Foiling2

Envie de découvrir le foiling ?

Rendez-vous à la Société Nautique de Genève

Contact: Jean-Pierre de Siebenthal

Geneva Foiling School

Phone : +41 76 403 68 35
Skype : ziegert
e-mail : info@ertp.ch
www.ertp.ch