Print Friendly, PDF & Email

Virginie Hours – Mars 2018

Le peintre Ferdinand Hodler ne vous évoque rien ? Vous n’aurez plus d’excuses à la fin de l’année… Car pour célébrer le centenaire de sa mort, les différents musées de Genève et d’ailleurs se sont accordés pour nous offrir des expositions destinées à nous dévoiler les multiples facettes de celui qui est considéré comme un représentant majeur du symbolisme et un peintre emblématique de la Suisse.

Ses oeuvres nous aident à comprendre les différents courants qui coexistaient entre la fin du XIXe siècle et le début du XXè siècle. Influencé par l’impressionnisme, le fauvisme, l’expressionnisme allemand et les débuts de l’abstraction, Hodler fut considéré tantôt comme un symboliste, tantôt comme un impressionniste, sachant que vers la fin de sa carrière, ses œuvres dévoilaient une simplification des formes proches des œuvres des artistes abstraits.

Mais né à Berne en 1853 et décédé à Genève en 1918, c’est aussi un bel hommage à celui qui participa activement au rayonnement culturel de la Suisse.

A ce sujet, Jura Bruschwiler, historien de l’art et spécialiste de l’œuvre de Hodler, déclara en 1991 : Hodler a traduit mieux que quiconque un certain nombre de qualités propres aux gens du peuple suisse de son époque. Il y est parvenu par cette espèce de rudesse du trait, cette puissance impulsive du dessin, par une espèce de rage accumulée contre tous les obstacles et qui s’extériorisait par cette force du dessin, mais aussi par l’extraordinaire sensibilité que l’on trouve dans ses paysages ou dans certains portraits. Donc il y a non seulement une thématique nationale, mais surtout une forme qui n’est ni française, ni italienne, ni germanique, quelque chose comme une grandeur primitive, une espèce de solidité de granit et d’équilibre qui tient aux paysages alpestres et lacustres au milieu desquels il a grandi.

Exposition : Barthélemy Menn, “savoir pour créer” – du 2 mars au 8 juillet 2018

Voici un éclairage sur celui dont Ferdinand Hodler disait, “je lui dois tout.”

Méconnu du grand public, Barthélemy Menn a pourtant formé des générations d’artistes à Genève au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. C’est donc un juste retour des choses que le Cabinet d’arts graphiques remette en lumière cet homme qui a volontairement mis sa carrière entre parenthèses au profit de l’enseignement. Professeur et directeur à l’École de la figure puis à l’École des beaux-arts, membre de plusieurs sociétés et comités artistiques, cet homme décédé en 1893, a marqué de son empreinte l’enseignement du dessin et de la peinture à Genève.

L’exposition nous donne donc à découvrir les innovations techniques imaginées par Barthélemy Menn, aussi bien sur le plan de la peinture de paysage, que de l’étude de la figure, du visage et des personnages, grâce à une sélection de tableaux et de dessins provenant en majeure partie du fond des Musées d’art et d’histoire de Genève, ainsi que de prêts de collections particulières et publiques (Aargauer Kunsthaus, Aarau ; Victoria and Albert
Museum, Londres).

Cabinet d’Arts Graphiques

Promenade du Pin, 5

1204 Genève

Ouvert de 11 à 18 heures, fermé le lundi, entrée libre

Exposition : Hodler intime – 1er Mars – 30 Décembre 2018

Le musée termine sa mue. Parallèlement à un nouvel accrochage des salles beaux-arts, le musée a créé des espaces destinés à accueillir des présentations temporaires d’œuvres de ses collections afin de les mettre en valeur. Pensé en complément de l’exposition Hodler//Parallélisme présentée au Musée Rath et articulé autour de citations tirées des notes et de la correspondance personnelles du peintre, l’accrochage Hodler intime inaugure le plus important de ces nouveaux espaces.

L’exposition met notamment en valeur le thème du portrait (autoportraits, de femmes ou d’amis) mais aussi évoque l’intimité́ du peintre avec, par exemple, le mobilier de son salon commandé au grand architecte et designer viennois Josef Hoffmann, ou sa dernière toile inachevée. En attendant le retour des plus beaux Hodler au musée au terme des diverses expositions organisées au cours de cette année de centenaire, la salle qui lui est d’ordinaire réservée propose un accrochage sur le thème des baigneurs. À partir du 28 septembre, deux autres espaces ouvriront avec des expositions-dossiers : l’une consacrée aux carnets de Ferdinand Hodler qui constituent un fond unique au monde en collaboration avec le Cabinet d’arts graphiques, et l’autre à la vaste campagne d’étude et de restauration de ses œuvres, qui s’est tenue en 2017.

Musée d’Art et d’Histoire

2, rue Charles-Galland

1206 Genève

Ouvert de 11 à 18 heures
Fermé le lundi
Entrée libre aux collections permanentes

Exposition : Hodler et le Léman – 15 Mars – 3 Juin 2018

Léman, Lavaux et Grammont s’admirent depuis les fenêtres du Musée d’art de Pully. Il était donc tout naturel que l’exposition consacrée aux lac Suisses en égénral et au Léman en particulier à travers les œuvres de Ferdinand Odler se tienne là. Riche d’une cinquintaine de toiles, cette exposition invite à une promenade au bord de l’eau, depuis l’arrivée du peintre à Genève en 1872 jusqu’à son décès en 1918. Exposition unique car certaines toiles n’ont pas été présentées au public depuis près de cent ans.  >>> lire +++

Musée de Pully

Chemin Davel 2
1009 Pully

mardi au dimanche de 11h à 18h et le jeudi jusqu’à 20h.

En raison du caractère exceptionnel de l’exposition “Hodler et le Léman”, l’entrée sera payante le premier samedi de chaque mois pour toute la durée de l’exposition.

Entrée gratuite pour les moins de 16 ans / Adultes (dès 16 ans) : CHF 15 /Étudiants, AVS, AI, chômeurs : CHF 12 / BCV Extra : une entrée offerte pour une entrée achetée

Exposition : Hodler//Parallélisme – 20 Avril – 19 Août 2018

En 1897, Ferdinand Hodler donnait une conférence auprès de la Société des amis des beaux-arts de Fribourg, intitulée « la mission de l’artiste ». Il y détaillait les principes du parallélisme : la nature serait organisée de manière rigoureuse et c’est au peintre de restituer cet ordre à travers ses tableaux… Réunissant une centaine d’oeuvres appartenant à des institutions publiques et privées, en Suisse et en Europe, des portraits aux paysages en passant par ses peintures d’histoire, le musée Rath invite à découvrir son œuvre avec cette nouvelle perspective.

Musée Rath

Place Neuve

 1204 Genève

Ouvert de 11 à 18 heures
Fermé le lundi
Entrée : CHF 15.-/CHF 10.- Libre jusqu’à 18 ans et le premier dimanche du mois

Inauguration le 19 avril 2018, dès 18 heures