Print Friendly, PDF & Email

fils-tenseurs-carlotta

drapeau-de

Quelque soit notre âge, nous gardons toujours notre âme d’enfant et aimons penser que simplement l’amour, la joie, le plaisir de vivre vont nous permettre de préserver une apparence juvénile. Malheureusement, la loi de la gravité, le soleil et autres aléas, nous incitent à être à la recherche de soins toujours plus performants pour préserver notre capital peau le plus longtemps possible. Une technique relativement récente et plutôt douce, est arrivée depuis 4 à 5 ans en Europe: les fils tenseurs.

On vous dit tout sur leur pose et comment cela fonctionne grâce au docteur Jean-Luc Allemandi qui nous explique tout ce que l’on doit savoir sur ce protocole en constante évolution.

BTL: En quoi consiste cette technique ?

Dr A: Elle consiste à introduire au moyen d’une fine aiguille, un fil de suture bio-compatible et résorbable, qui va induire la formation de néo-collagène par le tissu. Le souci d’avancer en âge, c’est cette perte de graisse et de tissu conjonctif qui fait que le visage devient osseux, la peau se flétrit et perd de sa densité. Lorsque l’on met des fils sous la peau, on peut faire un “maillage” et la colonisation par le corps de ces fils fait que l’on a un véritable tissu qui se reforme. Cette formation dure d’1 an 1/2 à 2 ans. L’intérêt de cette technique c’est que l’on peut relancer le processus sans tout refaire, simplement en remettant quelques fils tous les 6/8 mois.

BTL: Quel type de fil pour quel effet?

Dr A: Il y en a de plusieurs sortes pour deux effets notoires. Les fils simples, sans aspérités, sont parfait pour une peau qui manque de volume ou une peau un peu “flétrie”. Ils vont être disposés de manière assez serrée. Pour la joue par exemple, on va poser un dizaine de fils verticalement et croiser avec 8 fils horizontaux par joue. Ils vont permettre la création du tissu collagène et former une sorte de plaque de soutien comme si l’on mettait un canevas sous la peau. C’est un premier geste qui redonne de la densité, de la jeunesse et un effet bonne-mine garanti!

Les fils crantés quant à eux, présentent de petites aspérités, un peu comme des fils barbelés miniatures, bon dit comme ça, cela fait un peu peur mais c’est pour l’image! Cela fait si vous préférez, de petits poils qui dépassent du fil principal de part et d’autre (oui on préfère…!). Quand on les met en place, on les mobilise un peu, on les travaille de manière à ce qu’ils se positionnent bien, à ce qu’ils “accrochent”. On pose ces fils tenseurs le long des mâchoires lorsque l’on veut remonter une joue qui tombe un petit peu. Et là on en met beaucoup moins: 2 voire 3 fils sont nécessaires.

fils-tenseurs-2

Cette technique évolue à chaque instant, dans le geste lui-même, on couvre de plus en plus de zones, visage et corps, dans le matériau employé, le polydioxanone, qui rend le fil bio-compatible et résorbable en 4 à 8 mois.  La recherche permet de  découvrir de nouvelles  formes de fils pour des effets conjugués : de petits ressorts qui recréent volume et traction. Plus le ressort est important plus l’effet repulpant est avéré. Je suis cette évolution en participant régulièrement à des ateliers de formation.

BTL: Comment se déroule l’intervention?

Dr A: En deux temps. Un premier rendez-vous pour déterminer la technique appropriée en fonction des souhaits de la patiente, vérifier les contre-indications: si la patiente a du matériel permanent, on ne touche pas. Ni les femmes enceintes, les personnes présentant des maladies auto-immunes ou des allergies. Il y a quelques précautions d’usage: pas d’aspirine, pas d’ibuprofène pendant la semaine qui précède pour éviter la fluidité du sang et réduire les risques d’hématomes. Ensuite j’explique le déroulement de la séance qui va durer environ 1 heure, je prescris une crème anesthésique, de l’arnica en prévention et délivre un devis. Le jour J, la patiente applique sa crème 1 heure avant l’intervention de manière à ce que ce soit confortable, les règles d’asepsie habituelles sont respectées. Les insertions de fils sont assez aisées et je les coordonne avec la respiration de la patiente. Après l’intervention, j’applique une pommade post-acte pour anticiper une inflammation possible, tout le monde ne réagit pas de la même façon.

BTL: Quelles sensations éprouve-t-on et quand les effets sont-ils visibles?

Dr A: Un léger engourdissement, la patiente sent qu’elle a quelque chose sous la peau pendant 4 à 5 jours maximum. C’est comme lorsque le dentiste vous pose une couronne, vous la sentez le temps qu’elle prenne sa place et que la bouche s’habitue. Il ne faut pas faire trop de mimiques pendant 48 heures, le temps que cela s’adapte. L’effet est immédiat, visible en sortant de l’intervention et c’est exponentiel dans le temps, pas d’éviction sociale avec un bon maquillage pour éventuellement masquer les points d’entrée des fils et de légers hématomes possibles si l’on a tendance à marquer facilement. Je revois les patientes pour un contrôle à 3 ou 4 mois. Le but étant que les personnes s’entendent dire: “Wouaouh tu as super bonne mine, tu reviens de vacances?” et pas: “Ah tiens tu as enfin fait ton lifting?”

Fils tenseurs slider

BTL:  Quelles zones sont particulièrement adaptées à cette technique?

Dr A: Le visage, notamment les joues, le resurfaçage de la lèvre supérieure, le fameux “code-barre”, les paupières inférieures, c’est un peu plus délicat, les rides du lion… Pour les sillons nasaux-géniens, il n’y a pas mieux que l’acide hyaluronique, mais on améliore encore en faisant un mix avec la pose de fils! Pour le cou, 3 fils crantés de chaque coté pour retendre la peau ou un maillage pour une peau flétrie ou ayant perdu de sa densité. Pour le corps, cela marche très bien pour la peau fripée du ventre. Je pratique plusieurs techniques qui me permettent d’adapter en fonction des besoins de la patiente, de la qualité de sa peau et de proposer l’acte le plus juste.

BTL:  Quelle est la durée de l’effet de cette méthode,  comment l’entretenir et quel en est le coût?

Dr A: Si l’on ne rajoute rien, cela tient 2 ans. Et on peut tout refaire. Mais c’est mieux de ne pas laisser le processus s’épuiser tout seul. Quand on remet quelques fils tous les 6 mois, cela relance la création de tissu, maintient la densité et évite de tout recommencer. En intervenant donc régulièrement, c’est réellement gratifiant et l’on peut traiter différentes zones pour entretenir l’ensemble du visage. Comme c’est compatible avec l’acide hyaluronique, le mix des deux à intervalles peut tranquillement repousser  l’empreinte du temps. Financièrement, cela reste correct: 1000 à 2000€ en fonction du nombre de fils posés, pour les retouches, entre 200 et 300€.

Véronique Baligan-Bertrand, janvier 2016

Docteur Jean-Luc Allemandi
6 rue Brey
75017 Paris, France
tel: +33 (0)1 47 63 52 74