[av_post_meta]

   

Détour par le petit port de plaisance de Vésenaz La Belotte a réouvert depuis le 1er mai, suggérant à nouveau la possibilité de se mettre à table avec le lac.

La vieille demeure se dresse sur les bords du Léman  et offre une vue imprenable sur le Jura et la ville de Genève qui se découpe à l’ouest derrière son emblématique jet d’eau. C’est un plaisir de déjeuner ou diner sur les deux terrasses au pied de la bâtisse. Ce restaurant, établi dans une ancienne auberge de village, a toujours été un des lieux les plus couru  pour se poser au bord de l’eau, mais depuis quelques années les hoquets d’une gestion très moyenne en avait détourné une partie de la clientèle.

Le chef d’orchestre de l’endroit n’est autre que Francis Noverraz qui prend ainsi la tête d’une quatrième enseigne dans le canton puisqu’il est également le propriétaire du Comptoir d’Edouard à Carouge, d’Yvette de Marseille et du Café Universal à Genève. Avec son épouse, ils ont souhaité commencer cette nouvelle aventure en mettant l’accent sur la cuisine afin de ne servir que des produits frais, dont bien sûr les perches du lac:  “nous sommes sur un port, elles sortent de l’eau à deux pas, c’est incontournable!”.  Mention spéciale également pour les quenelles de brochet du Léman avec une sauce Nantua délicieuse entièrement élaborée par le chef – une mention accordée par une lyonnaise particulièrement exigeante quand on parle de la gastronomie de sa ville d’origine.

Si vous avez envie de revenir à la Belotte, n’hésitez pas, mais il faudra vous y prendre un peu à l’avance: pour servir une cuisine de qualité, la direction a dû faire le choix de réduire le nombre de tables alors le restaurant est rapidement complet!

Claire-Alice Brenac, juin 2015

La Belotte est le nom du rivage dans le bas de Vésenaz.  Depuis la plus haute Antiquité, l’endroit est habité par des communautés de pêcheurs.  Le nom de Belotte est venu plus tard bien sûr, le toponyme étant décliné du nom propre  « belo » signifiant brebis ou mouton en patois savoyard, en référence aux troupeaux qui paissaient sur les pâturages proches du rivage.

Le petit port qui existe aujourd’hui était aussi un lieu de contrebande historique au XVIIIème siècle, notamment de sel qui coûtait alors beaucoup moins cher en Suisse qu’en France. Ce trafic s’opérait directement entre la Belotte et Coppet sur la rive opposée.

  • La Belotte

Chemin des Pêcheurs, 11

1222 Vesenaz, Suisse

tel: +41(0) 22 300 68 88