Print Friendly, PDF & Email

terrasse-soleil-carlottaL’hiver, notre tendance naturelle nous incite à squatter le coin du feu avec un bon livre, (surtout après avoir visité l’expo Sagan du Boléro), un plaid sur les genoux, à regarder la grisaille s’ennuyer derrière la fenêtre… Tout en dégustant quelques carrés de chocolat accompagnés d’un délicieux thé bien chaud! Tableau idyllique, oui si parallèlement ce n’était pas lié à un manque d’entrain, voire à une petite déprime saisonnière.

Si la lumière décline dès le 21 juin, notre organisme ne commence à en ressentir les effets qu’à compter du retour des vacances de patates. C’est alors l’automne, le soleil se couche de plus en plus tôt, la météo est plus… contrariante avec l’arrivée des frimas. La luminosité commence à se faire rare et notre métabolisme rame! Que dire quand on arrive en février, mois où l’on a accumulé les semaines où les jours sont si courts…

Quelles sont les conséquences? Baisse de moral, dérégulation du sommeil, trouble de la concentration, on devient grognon, on perd l’appétit ou au contraire on devient boulimique, grrrrr!

terrasse-soleil

Pourquoi? Notre corps a besoin de lumière pour être en forme et plein d’énergie, elle régule notre horloge biologique et augmente notre taux de sérotonine, hormone au fort pouvoir antidépresseur. La lumière est donc notre meilleure alliée en ces temps d’hiver. Quelques conseils et quelques pistes pour la traquer en toutes circonstances, peu importe la météo, en attendant l’arrivée du printemps:

  • Les Suédois ont d’ailleurs coutume de dire qu’il n’y a pas de mauvais temps, seulement de mauvais vêtements. Alors équipez-vous et quelques soient les conditions (évitez néanmoins les tornades et les ouragans), sortez de chez vous au moins 30′ par jour et accordez-vous une marche régénérante !?
  • Dès que vous voyez un rayon de soleil, même coincée au boulot ou à la maison, accordez-vous une pause en ouvrant la fenêtre, le visage et les avant-bras exposés, protégez vos yeux avec des lunettes ou fermez-les… Profitez-en pour faire une petite méditation !?
  • Privilégiez les terrasses pour une pause-thé, mettez vos moufles pour tenir votre mug, ou pour un déjeuner, les restaurants ou salons de thé suisses proposent souvent des plaids et/ou ont des chauffages extérieurs pour notre plus grand confort.?
  • En cas de « plafond bas », prenez de l’altitude! Offrez-vous un tour au Salève ou sur les plateaux du Jura et découvrez que souvent au-delà des nuages, le soleil brille!?
  • Solution de dépannage en cas d’emploi du temps vraiment déplorable, procurez-vous une lampe de luminothérapie qui reproduit la lumière naturelle. Il y a quelques précautions à respecter, distance, temps d’exposition, voire visite chez l’ophtalmo pour être sûr de ne pas avoir de contre-indications. ?

En conclusion, ne restez pas chez vous, aérez-vous, sortez, bougez!

Spots solaires « fraichement » expérimentés:

Terrasse du centre Shedrub Choekhor Ling, le monastère bouddhiste du Salève: À 1200 m d’altitude, vous jouissez d’un des plus beaux panoramas sur Genève et le Léman. N’hésitez pas à commander un « lassi », spécialité indienne à base de yaourt ou un tchaï indien, thé noir au lait et aux épices pour rester dans l’ambiance!

Terrasses de la place du Bourg-de-Four: Vous aurez le choix, les chaises des différents cafés et restaurants installés sur cette place se mêlent et s’entremêlent, ensoleillement garanti sans bruits de moteur, what else?

Terrasse du Riverside Café, 19 rue du Rhône: La terrasse donne sur une petite cour pavée réchauffée par le soleil à partir de 14h, agréable car loin des voitures et en bord du Rhône.

Piscine extérieure chauffée du spa du Bain Bleu: Nous pourrions parler de terrasse aquatique… Flottant dans l’eau à 34° avec vue sur le Jura et le lac, le temps est comme… suspendu!

Et toutes les terrasses des stations de ski, tous les bancs publics des parcs et du tour du Lac… Et tous vos coins repérés et préférés!

Virginie Hours, février 2016

soleil