Print Friendly, PDF & Email

Les humoristes romands Brigitte Rosset et Frédéric Recrosio avaient cette envie depuis longtemps : prolonger leur amitié à la ville sur scène.

« Etre soi, donc, mais ensemble. »

C’est à dire, conserver ses particularités, ses différences artistiques mais les transporter dans un dialogue riche et joyeux…

Le résultat se joue sur scène et sera en tournée dans toute la romande (Savièse, Yverdon, Fribourg, Coppet, Vevey, Morges…) jusqu’en 2019 :

« Les Amis: Misères et splendeurs du sentiment amical. »

C’est l’occasion de vous donner un avant-goût de cette pièce que nous vous proposons de déguster en découvrant un petit échange savoureux avec la genevoise Brigitte Rosset sur… l’amitié !

Les Amis: Misères et splendeurs du sentiment amical,

un spectacle de Brigitte Rosset et Frédéric Recrosio mis en scène par Jean-Luc Barbezat

lesamis

Virginie Hours : Quelle est votre définition de l’amitié ?

Brigitte Rosset : Plus je l’ai cherchée moins je l’ai trouvée. Multiple et donc indéfinissable. Il y a l’ami avec qui on aime surtout ne pas parler, celui avec qui on aime échanger sur tout, celui qui nous remonte le moral. Celui qu’on ne voit plus, et c’est tant mieux, celui à qui on arrive pas à dire qu’il sent mauvais, celui qui nous vexe systématiquement, mais qu’on aime pour sa franchise, le radin avec qui on ne va plus au restaurant mais qu’on trouve si drôle, l’ami d’enfance qui a disparu de notre vie, et on ne sait même plus comment, celui qui a changé, et pas que physiquement….

VH : Y a-t-il une manière différente de vivre l’ amitié quand on est une femme et un homme ?

BR : Noooon surtout pas ! Mais pour que l’amitié, entre un homme et une femme fonctionne, il y faut « le concours d’une petite antipathie physique » (Nietzsche)

VH : Et l’amitié genevois/valaisan, est-ce possible ?

BR : Absolument, tant qu’on ne parle pas de vin !!!

VH : Vous avez tous les deux plus de 40 ans, pensez-vous que l’amitié se  vit différemment avec l’âge ?

BR : Oui elle se vit différemment, avec plus de recul. On idéalise moins le sentiment. On s’éloigne parfois, on évolue, on se fâche et se déçoit et parfois ça reste comme quand on échangeait nos tartines à la récré!