Print Friendly, PDF & Email

drapeau-de

Ce mois de décembre, Bâle la belle vous fait de l’oeil!

Une escapade pleine de promesses qui se confirment en flânant dans les ruelles que le marché de Noël emplit de cette légèreté joyeuse qui accompagne l’Avent. Faites ensuite un pause déjeuner au bord du Rhin dans l’hôtel des Trois Rois, un établissement splendide qui résonne toujours de l’époque des palaces art-déco. Enfin, traversez le fleuve pour aller vous émerveiller à la Fondation Beyeler devant les toiles de l’exposition du « Cavalier Bleu »…

L’atmosphère envoûtante de Noël habite depuis le 1er décembre le coeur historique de la cité.  Comme chaque année le marché s’est installé sur la place des Cordeliers (Barfüsserplatz) et celle de la Cathédrale (Münsterplatz).  Le Weihnachtsmarkt de Bâle est l’un des plus joli de Suisse car la ville l’accueille aux pieds de ses immeubles romans et gothiques dont les façades peintes, les balcons ornés et les colombages ajoutent à la magie qui se dégage des échoppes colorées. Pas de surprise dans les stands mais il est toujours bon de se laisser porter par les traditions: déambulez un verre de jus de pommes chaud à l’orange et aux épices de Noël (badiane, cannelle, noix de muscade et clou de girofle) en croquant un Läckerli, ce petit biscuit local au miel de sapin.

Pause déjeuner au bord du Rhin, au Grand Hôtel les Trois Rois qui font référence aux mages de la Nativité: Gaspard, Melchior et Balthazar.  Une bâtisse historique qui se dresse sur la rive gauche depuis plus de deux siècles et fut restaurée en 2002 pour nous restituer jusque dans le moindre détail cette atmosphère de la grande époque des palaces européens.  Selon votre humeur pour cette pause déjeuner: le restaurant triplement étoilé du Cheval Blanc, La Brasserie des Trois Rois très élégante et lumineuse ou le confort chaleureux du Lounge, bois sombre et canapés de cuir.

Enjambez le Rhin pour une virée dans un autre univers: Bâle est aussi la ville de la Fondation Beyeler qui se trouve sur la rive droite et propose jusqu’au 22 janvier 2017 l’un des chapitres les plus fascinants de l’histoire de l’art connu sous le nom de Der Blaue Reiter, « Le Cavalier bleu ». Avant la Première Guerre mondiale, entre 1908 et 1914, un groupe international d’artistes profita du climat culturel libéral qui régnait à Munich pour entreprendre une réforme fondamentale de l’art. Leur objectif était d’affranchir la couleur de l’obligation de représentation, d’émanciper la ligne du contour et de libérer la surface de l’illusion de la figuration. Il ne s’agissait plus de reproduire la réalité visible, mais de représenter des contenus spirituels. Ce courant a eu pour principaux représentants Vassily Kandinsky et Franz Marc, qui avaient fait connaissance au début de 1911.

« Der Blaue Reiter », un nom devenu synonyme de l’exploration de nouveaux horizons artistiques, était initialement le titre du légendaire almanach que publièrent Kandinsky et Marc en 1912, un volume qui rassemblait des textes et des images d’artistes issus de cultures et d’époques différentes. Cette exposition présente plus de 90 œuvres appartenant à d’importants musées et collections particulières du monde entier, parmi lesquelles des chefs-d’œuvre rarement montrés provenant des États-Unis et de Russie. L’almanach est présenté dans une salle aménagée spécialement pour l’occasion.

Fondation Beyeler

Baselstrasse 101
Riehen/Bâle 4125, Suisse

tel:  + 41 61 645 97 00