Print Friendly, PDF & Email
[av_post_meta]

drapeau-de

Il vous reste encore quelques jours pour découvrir l’actuelle exposition de la Fondation de l’Hermitage à Lausanne: Basquiat, Dubuffet, Ming, Soulages, Dix

Cette fois-ci encore, et pour le bonheur des yeux, la Fondation expose des oeuvres venant d’une collection privée. Son propriétaire, français résidant en Suisse et souhaitant conserver l’anonymat, est un passionné qui a commencé sa collection dans les années 1950 avec l’objectif de soutenir les artistes qu’il aimait ou qu’on lui faisait découvrir. Il a ainsi été le premier client de Yan Pei-Ming et de Basquiat. C’est donc une collection vivante puisque la plupart des artistes exposés sont encore vivants et que le collectionneur a parfois noué des liens d’amitié avec ces derniers.

yan-pei-ming-portrait

Grâce à ce mécène, et à travers la centaine d’œuvres exposées (sur les 220 tableaux en sa possession), nous pouvons découvrir 45 artistes internationaux aussi variés qu’André Bauchant, Keith Haring, Jean Dubuffet, Sven Kroner, Otto Dix ou Asger Jorn, dont 4 femmes (Louise Bourgeois et Agnès Martin, Rosemarie Trockel et Joyce Pensato) qui ont marqué l’histoire de l’art.

sven-kroner

Deux tendances principales se dégagent dans cette exposition : la tendance néo-expressioniste qui tend vers une peinture plus expressive et la tendance minimaliste qui privilégie le dépouillement formel, le réductionnisme et la neutralité.

“Le fil rouge de cette exposition serait sans aucun doute l’émotion”, selon notre guide Mme Patricia Zazzali-Brentini… Jean-Michel Basquiat ne disait-il pas : “Ma peinture, c’est 80 % de colère” ?

Basquiat Jean-MichelLobo collection privée Monaco

L’autre fil conducteur serait aussi l’Histoire puisqu’il ne faut jamais séparer l’art contemporain de son contexte… Comme l’illustre la photographie « Shoot » de Chris Burden prise en 1971 et allusion à la guerre du Vietnam.

Fondation de l’Hermitage
Route du Signal 2
CH – 1000 Lausanne 8

Mardi au dimanche de 10h-18h

Jeudi de 10h-21h

Lundi fermé