Print Friendly, PDF & Email

©affiche Cédric Marendaz

Prochaines dates :

21 novembre 2018

12 décembre 2018

16 janvier 2018

13 février 2018

20 mars 2018

De 18h30 à 20h

Bains des Pâquis

Quai du Mont-Blanc 30

CH – 1201 Genève

info@aubp.ch

www.bains-des-paquis.ch

Il fait froid, il fait nuit et pourtant… Sur la jetée des Pâquis, deux sauveteurs de la société de sauvetage de Genève font les cent pas, les bords sont illuminés et des passionnés en maillot de bain se mettent à l’eau, lentement pour ne pas glisser sur les bords gelés. De quoi s’agit-il ? De la nage en eau froide de nuit organisée par l’AUBP: l’Association des Usagers des Bains des Pâquis.

Pourquoi ? « Le groupe sport de l’AUBP n’avait pas d’activité spécifique l’hiver. Comme il m’arrive de nager la nuit, j’ai voulu faire partager ce moment en le rendant convivial avec des lumières et un verre de thé » nous explique Olivier Boillat, chargé des animations sportives au comité.

Organisé un mercredi soir par mois entre Novembre et Avril, ce nouveau rendez-vous rassemble…    « C’est une découverte. Il y a une ambiance particulière, le cadre est magnifique, les lumières se reflètent dans l’eau et c’est une bonne façon de commencer une soirée » raconte Olivier Boillat.

D’ailleurs, la nage serait plus facile de nuit que de jour car le vent tombe le soir. Et pas forcément besoin de sa lampe frontale, le parcours est suffisamment éclairé.

Faut-il prendre des précautions particulières en plus de celles habituellement dispensées lorsqu’on nage en eau froide ? « Ne pas prendre la nage de nuit pour un exploit sportif et vouloir trop en faire. Quelques dizaines de mètres peuvent suffire pour éprouver ce sentiment d’euphorie qu’on peut ressentir dans l’eau, puis ensuite quand le corps se réchauffe. Pour le reste, il faut évidemment le faire si on se sent bien, sans alcool ni autre substance… » prévient Olivier Boillat.

Ce soir-là, la température de l’eau affiche 4°C, pour un petit -4°C en extérieur que les deux braseros ont du mal à faire oublier. Chacun se met à l’eau à son rythme, nage en crawl ou en brasse, contrôlant les battements de son cœur et la montée des sensations. Dans le silence ou les cris, au choix. Le parcours est raccourci en raison des abords du phare trop gelés. Mais la petite table en formica propose toujours du thé.

Alors givrés ou épicuriens, les amateurs de nage en eau froide de nuit ?

« Il faut essentiellement surmonter ses blocages mentaux, lâcher prise et aller vivre une expérience proche de la communion  entre le corps et l’esprit. Le plus difficile est surtout de se jeter à l’eau… Pas de nager. C’est l’énorme décalage entre ce qu’on peut intuiter et la réalité physique qui est supportable, voire euphorisante. C’est ça qui me plaît ! » nous explique Pierre qui avoue avoir hésité pendant 1/4h et être à présent heureux de l’avoir fait. « La nage en eau froide donne de la confiance. De nuit, c’est encore mieux. »

Mais le mot de la fin pourrait être laissé à Christophe Jacot, président de la Coupe de Noël de natation et fidèle de ce rendez-vous : « C’est surréaliste la nuit aux Bains, proche du phare et sous la lune. C’est également un événement social. Une communauté qui se retrouve et se fait du bien. Un événement inédit qui nous motive. »

A vous de juger.