[av_post_meta]

Le cimetière des Rois, aussi appelé cimetière de Plainpalais est un parc genevois ombragé où l’on peut se promener autour des grands hommes et femmes qui ont fait l’histoire de Genève. Véritable musée en plein air, notre panthéon genevois tel le Père Lachaise à Paris invite à déambuler à travers l’histoire.

Au coeur de Plainpalais, vous entrez dans un parc comme les autres, planté de grands arbres, où règne une quiétude due à sa destination. Selon l’entrée choisie vous n’imaginerez pas immédiatement qu’il s’agit en réalité du cimetière de ceux qui ont compté dans l’histoire de Genève.

De Calvin au Général Dufour ou encore Borges ou Dalcroze, dès les beaux jours les genevois aiment se retrouver parmi les tombes pour déjeuner, flâner voire faire une petite sieste.

Prenez le temps de déchiffrer les noms et vous vous offrirez une évasion dans le temps: l’histoire, la musique, la philosophie et tant d’autres thèmes vous permettrons de vous échapper rien qu’en évoquant les noms ainsi découverts. C’est une véritable chasse au trésor qui vous attend.

L’existence de ce cimetière remonte au XVe siècle. C’est le plus ancien de Genève. A cette époque, l’Europe est ravagée par la peste et Genève n’est pas épargnée. En 1469, on décide  de construire un hôpital pour les pestiférés hors des murs de la ville, dans une zone  alors marécageuse. Un cimetière lui est annexé en 1482 afin d’enterrer les pestiférés et de contenir ainsi la contagion.

Durant La Réforme, les cimetières genevois sont démantelés à part celui de Saint Gervais et Plainpalais. Calvin  souhaite  interdire les inhumations dans les édifices religieux et mettre fin au culte rendu aux morts qu’il considère comme hérétique. Les morts sont alors enterrés hors de la ville dans le cimetière des rois.

Jusqu’en 1850 ce sont des champs où les vaches broutent parmi les stèles posées à même le sol, puis en 1869 la ville devient propriétaire des lieux. Aujourd’hui le choix d’être inhumé en ce lieu revient au Conseil administratif. D’après l’article 30 Alinéa 3 du règlement du cimetière, seuls peuvent être inhumés les “magistrats et personnalités marquantes ayant contribué au rayonnement de Genève.”

Ne cherchez pas de rois parmi les stèles. Son titre ne lui vient pas de souverains inhumés en ce lieu mais d’un concours d’arquebusiers organisé dans les parages. Au XVIe siècle la partie nord-ouest de Plainpalais est le fief des arquebusiers qui y établissent leur terrain d’exercice. Un arrêté gouvernemental établit que la Compagnie de l’Arquebuse sera dirigée par un “Roi”. Ainsi était désigné chaque année celui qui aurait réussi le meilleur tir, le “coup du roi”. Ce fut le cas de 1509 à 1847, date à laquelle il fut remplacé par un président.

On retrouve dans le nom des rues adjacentes des références à cette époque. La rue du Stand (de tir), la rue du Tir, rue de l’Arquebuse, la rue des Rois, la rue et le pont de la Coulouvrière. La Coulouvrenière est dérivée du mot couleuvriniers qui étaient des soldats équipés d’une arme proche de l’arquebuse.

S’agissant des personnalités qui peuplent ce lieux, il est difficile de les nommer toutes. Dès l’entrée quatre immenses monuments datant de la fin du XIX sont consacrés à d’anciens conseillers d’Etat. Sur chacun d’entre eux il y a des indices maçonniques.

Regardez ce gros rocher représentant Georges Favron, homme politique, Vénérable de la Loge Fidélité et Prudence. La pierre brute symbolise les imperfections humaines que le maçon doit corriger.

Quant à Calvin il désirait être enterré anonymement. Ses dernières volontés furent respectées jusqu’au XVIIIe siècle, date à laquelle on inscrivit ses initiales (JC) sur une pierre. Plus tard y furent rajouté une barrière et du buis. Griselidis Réal, artiste peintre, écrivaine et prostituée est enterrée non loin de Borges et de François Simon. Son inhumation a donné lieu à d’âpres discussions entre genevois. Il y a ainsi plus de 300 tombes réparties sur ce parc d’environ 3 ha.

Si vous désirez plus d’informations consultez le livre de Natalie Rilliet Histoire et Guide des Cimetières genevois.

  • entrée rue des Rois
  • parking Plainpalais
  • bus 32 ou tram 15
  • restaurants à proximité certains avec une terrasse donnant sur le parc
  • le Jeab 61 Bd de Saint-Georges. Cuisine Thaï
  • le Gruyérien 65 BD de Saint-Georges. Cuisine suisse
  • Vous pouvez compléter cette visite par celle du MAMCO et du MEG, respectivement Musée d’Art Moderne et Contemporain et Musée d’ethnographie et du quartier des bains et pousser jusqu’au Patek Philipp Muséum et à la TSR