Print Friendly, PDF & Email

Recette pâte à crêpes & Portrait de Nelly, une crêpière au grand cœur…

Voici une jolie histoire à raconter à l’occasion de la chandeleur. Car c’est l’histoire d’une bretonne de Rennes qui, par amour pour sa région natale et son pays d’adoption la Suisse, décide de faire découvrir l’un à l’autre à travers les galettes…

A l’âge de 13 ans, Nelly quitte les Monts d’Arrhée et part avec sa mère dans un pays aux cimes enneigées… Quelques années plus tard, elle décide de rester près de l’eau douce du Léman et d’y fonder sa famille, sans oublier pour autant ses racines et son amour des galettes. Sa mère à l’âge de 83 ans ne fait-elle pas toujours des galettes tous les mardis midi ? D’ailleurs, Nelly pense avoir hérité du don, elle qui est la seule de la fratrie à savoir retourner les galettes d’une main de maître sur sa billig

Après avoir travaillé auprès de jeunes enfants et encouragée par son mari, elle s’enhardit et décide d’ouvrir une nouvelle page de vie. Elle part alors au bout du Finistère à Brest, pour se perfectionner et obtenir son diplôme de crêpière. Et là voici prête à faire découvrir la magie des galettes aux Helvètes.

© lacrepequirit

Mais attention, pas n’importe lesquelles : les galettes de sarrasin.

Car au pays Gallo d’où elle est originaire, les galettes sont faites à base d’eau, d’œuf et… de farine de sarrasin ! Elle privilégie donc une farine 100% sarrasin qui, même si elle n’a pas forcément une  odeur et un goût spécifique, rend les galettes plus digestes (elle est sans gluten) mais aussi (puisque justement elle est dépourvue des protéines du gluten), plus difficiles à réussir… D’où la nécessité d’avoir le tour de main. Mais pas question pour autant d’utiliser la farine de sarrasin de Brest avec des copeaux dont la texture peut heurter. Et pas l’envie non plus de couper la farine de sarrasin avec la farine de froment comme le font ceux de Basse-Bretagne avec leur crêpe de sarrasin…

Quant à nous livrer la recette de la pâte à galette de sarrasin, elle serait bien en peine de nous donner des proportions précises, elle qui fait sa pâte à l’instinct, voire au ressenti. « De toute façon, tout le monde sait qu’il faut juste de la farine, des œufs et de l’eau » nous taquine-t-elle. Mais attention : il faut ensuite « frapper » la pâte (à la main et non au fouet électrique) et non la tourner. C’est ce qui permet de l’aérer et de faire apparaître des  bulles d’air et donc des petits trous caractéristiques. Puis, la laisser reposer au moins une heure pour que la fermentation ait le temps d’entrer en action.

En revanche la recette des crêpes de froment, que Nelly propose également pour les becs sucrés, réunit la Haute et la Basse-Bretagne dans une même gourmandise : œufs, lait et farine de froment.

Après avoir écumé les chemins à bord d’un petit véhicule sans permis, elle et son mari tombent amoureux d’un food truck, qu’ils customisent pour lui donner le petit côté vintage qui la caractérise. C’est le début de La Crêpe qui Rit… Depuis, elle s’installe dans les festivals et les grandes manifestations mais peut aussi animer des fêtes privées ou des mariages. « Je ne souhaite pas assurer un service quotidien car je ne veux pas que cela devienne une routine et que je sois obligée d’être remplacée par un autre que moi. Je veux garder le goût du plaisir et du contact » s’excuse-t-elle presque.

© lacrepequirit

D’ailleurs, le goût du plaisir se retrouve dans les accompagnements de confitures ou de caramel au beurre salé qu’elle prépare elle-même mais dont elle refuse de livrer les secrets. Tous les produits servant à la garniture sont faits maison ou achetés localement. « C’est aussi ce qui fait ma différence » revendique-t-elle. Mention spécial l’hiver pour la galette jambon/fromage et en été pour la galette sicilienne dont elle nous livre la composition : « je dore la galette des deux côtés et je la garnis de rondelles de chèvre, de tranches d’aubergines coupées dans la longueur et grillées, de tomates fraîches et de persillade maison ; elle a beaucoup d’odeur et les clients l’adorent ! »

Quant au goût des autres, c’est une affaire de famille puisque son mari travaille dans une société de transport pour les personnes à mobilité réduite et qu’elle-même a l’habitude de rapporter des crêpes à des amies âgées vivant en EMS. « Il faut faire attention à eux car on ne sait pas comment nous serons à leur âge » plaide-t-elle. D’où l’envie de créer des « ateliers crêpes » qu’elle propose aux écoles ou aux EMS. L’idée est toute simple : faire découvrir la Bretagne à travers sa cuisine, en enseignant à confectionner des crêpes sur une billig et à les déguster. Et apporter un peu de bonheur aux enfants et aux anciens…

Une crêpière au grand cœur, on vous dit !

Recette de la pâte à crêpe (pour 10 à 12 crêpes)

Ingrédients :

  • 200 g de farine de froment
  • 50 cl de lait
  • 2 gros oeufs
  • 1 pincée de sel

Cuisson :

  • Dans un saladier, versez la farine et une pincée de sel, puis creusez un trou et y cassez les œufs.
  • Mélangez.
  • Versez le lait, puis battez le tout avec un fouet.
  • Laissez la pâte à crêpes reposer environ 1 heure si possible.
  • Graissez-votre poêle avec une noisette de beurre puis versez une louche de pâte.
  • Faites cuire votre crêpe jusqu’à ce qu’elle soit bien dorée, puis retournez-la avec une spatule

Remarque :

Si une fois reposée la pâte semble trop épaisse, n’hésitez pas à rajouter du lait afin qu’elle devienne plus fluide.

La crêpe qui rit

Pour la trouver.

Prochaines dates :

Silent disco de la chandeleur à Morges le 2 Février

Digital Design Days Geneva au HEAD les 11-12 et 13 février.