Trois personnalités de l’âge d’or d’Hollywood  se tutoient sous les cyprès du cimetière de Corsier-sur-Vevey:

Oona O’Neill, Charlie Chaplin, James Neville Mason.

Charles Spencer Chaplin  monte sur scène dès l’âge de treize ans, poursuit sa vie d’artiste aux Etats-Unis et devient une star. Personnage engagé, il utilise le burlesque pour critiquer et dénoncer ce qui le révolte.  Jugé anti-américain, il est finalement expulsé du pays par l’administration MacCarthy: la Suisse devient sa terre d’accueil en 1953. Toute sa tribu grandit dans le Manoir de Ban à Vevey-sur-Corsier et s’implique complètement dans la vie locale. Il disparait en 1977, son épouse Oona O’Neill quatorze ans après  en 1991. Le manoir n’est alors plus habité, mais pas question de ne faire de la présence de Chaplin qu’un souvenir.  En accord avec la famille, la vieille bâtisse bi-centenaire et ses dépendances sont en train d’être transformées en musée: le “Chaplin’s World by Grévin” – le musée Grévin de Paris étant l’une des institutions pilotée par la Compagnie des Alpes qui développe le projet. Ouverture en 2016!

James Neville Mason?  Son nom n’a pas toujours été en haut de l’affiche mais vous le connaissez certainement.  Sa carrière d’acteur se déroule  sur cinquante années pendant lesquelles il joue dans de nombreux films cultes: James Mason donne la réplique à Cary Grant dans « La Mort aux Trousses » d’Hitchcock (1959), incarne le personnage de Humbert dans  «Lolita» de Stanley Kubrick (1962),  et il est le mystérieux Mr Jordan, en charge de gérer l’accueil au paradis dans la comédie « Le Ciel Peut attendre » (1978)…  Anglais d’origine, il vit pendant vingt-deux ans à Corseaux dans le canton de Vaud, avant de rejoindre, en 1984, ses voisins d’exil dans le petit cimetière de Corsier-sur-Vevey. Sa sépulture est à quelques pas de celle de Charlie Chaplin et son épouse Oona.