Print Friendly, PDF & Email

Marie-Christine Billa – Mai  2019

Bien que la limite visible entre Genève et les villes voisines tende à s’effacer, la nature n’est jamais très loin. Remonter les berges d’une rivière est toujours ressourçant. Grâce à des aménagements multiples faits par le canton, les abords de l’Aïre permettent ce plaisir paisible au plus grand nombre.

Cette petite rivière prend sa source au pied du Salève, en Haute-Savoie. Elle s’étire sur une dizaine de kilomètres avant de se mélanger à l’Arve au niveau du Pont Saint-Georges à Genève.

Dans sa course suisse, l’architecte paysagiste Gilles Descombes a façonné sa partie « canal » avec des ouvrages  fleurtant avec le land-art, tout en respectant la nature avec beaucoup d’amour pour notre plus grand plaisir.

Se promener mais aussi apprendre à flâner…

Les bords de l’Aïre ont été aménagés en 2016. La nature reprend forme après les coupes faites et les différents aménagements .

Commençons la promenade à partir de la route du Pont du centenaire, au niveau du Centre Sportif des Cherpines vers le  Poney Club de la Gavotte et passons le pont pour rejoindre l’Aire. La balade va vers la gauche en direction de Soral. Il suffit de suivre la rivière. C’est la partie encore sauvage ou plutôt non canalisée.

Vers Confignon le cours de la rivière a été remanié afin d’éviter les crues.

Vous pouvez continuer jusqu’à la passerelle de Lully et même passer la frontière pour aller vers Saint-Julien.

Vous pouvez aussi décider de faire une boucle et pousser jusqu’au signal de Bernex afin d’admirer une vue à 360° et contourner la vigne des Nations avant de rejoindre Onex à travers le vignoble.

Contempler

Beaucoup de choses s’offrent à vos yeux :

Des ouvrages architecturaux qui content les prouesses de l’homme pour canaliser la fureur de la rivière.

Les paysages symboles du canton, le Salève, les coteaux de Bernex montant à l’assaut du Signal,  la plaine agricole de Perly, la ville de Genève mais aussi plus loin le Jura ou les Voirons.

Les fleurs et plantes, les sous-bois regorgent d’ail des ours, aspergettes et autres délices.

Ecouter

Le chant de la grenouille rieuse est en ce moment très actif. Il est amusant de les entendre se répondre.

Heureusement il ne masque pas celui des oiseaux à peine perturbés par le ronronnement des tracteurs préparant la terre pour les prochaines semences.

Un peu plus loin des enfants rient, des chiens aboient puis vont chercher un bâton, sautent dans l’eau et s’ébrouent.

Les bruits de la ville sont bien loin.

S’arrêter

Tout à été prévu pour des pauses petites ou grandes. Des bancs et tables pour pique-niques ou simple halte. De grandes plages en bois, lits de repos invitant à la méditation, la lecture ou la sieste. Des fontaines car il ne faut pas oublier de s’hydrater.

Une pergola où grimpent glycines et clématites, offre une zone d’ombre bienvenue. Elle évoque les serres de la plaine maraîchère qui s’ouvre sous nos yeux.

Des emmarchements de béton mènent à l’eau et font la joie des baigneurs à deux ou quatre pattes.

Déguster

  • Accessible en tram ou bus depuis la Route de Chancy ou la Route de Base  pour le prix d’un simple billet de bus
  • Parking 3h en Zone bleue au stade des Cherpines
  • Priorité à la mobilité douce, accessible à vélo depuis Saint Julien en Genevois
  • Durée 2h30 pour la boucle et 2h aller/retour jusqu’à la passerelle de Lully ou alors retour en bus 42 du Pont de Lully au Stade des Cherpines
Le Chapeau, Chamonix