Print Friendly, PDF & Email

Sophie Bernaert – Juillet 2019

Une belle histoire

J’aimerais tellement que mes petits-enfants parlent un jour de moi à la manière d’Agathe!

Quand elle évoque à la fois enthousiaste et nostalgique, les yeux légèrement embués, l’accueil gourmand et généreux que ses grands-parents leur réservaient à elle, ses frères et soeurs, cousins, amis… à toute heure du jour et de la nuit, c’est un voyage dans le temps.

C’est dans leur maison, dans le lieu de tous ces souvenirs de grandes tablées animées et parées de mets délicieux ainsi que de très bons vins que peu de temps après la disparition de son grand-père, Agathe donne vie il y a presque deux ans à son projet professionnel. Elle aura juste le temps de lui en parler et d’avoir son aval, à la seule condition qu’il y ait « sa table ».

Sa mise en place

Le diplôme de l’EHL en poche et quelques années d’expériences très variées, puis comme une évidence… perdurer l’esprit de cette maison « ouverte » en y créant un restaurant.

Alors oui, on pourrait avoir la critique facile et se demander où est le véritable mérite quand un large consensus familial octroie à Agathe la liberté de transformer cette maison en restaurant, au pied de toutes les organisations internationales dont la plupart pourvues de « cantines » plus ou moins recommandables. Ce serait faire abstraction de toutes les qualités indispensables au succès d’une telle aventure qu’Agathe, seule décisionnaire, a su développer.

En l’écoutant raconter cette jolie histoire, on perçoit rapidement chez cette très jeune femme, fraichement trentenaire, la fougue et la détermination des passionnés mais aussi et surtout l’assurance, la générosité, l’amour de soi et des autres, la sérénité et la légèreté de celles et ceux qui ont beaucoup reçu. Tout naturellement, elle a su ainsi s’entourer d’une équipe à son image, motivée, dynamique, qui lui est fidèle depuis le début de l’aventure et se nourrir continuellement des conseils précieux de ses frères, parents et amis.

L’ambiance

Si je vous parle de succès fulgurant, je n’exagère pas. Telle n’a pas été ma surprise d’ailleurs quand, sous les recommandations insistantes de mon amie Marie-Christine (et je l’en remercie), je prends enfin le temps de rendre une petite visite à cette table pour le déjeuner et me retrouve dans une salle comble, manifestement occupée par une grande majorité d’habitués.

Malgré les presque 80 couverts servis, on est immédiatement conquis par l’atmosphère chaleureuse de la salle. La grande cuisine ouverte, la chaleur du bois roux en harmonie avec les tommettes d’origine au sol, les abat-jour « bouton d’or » qui flottent dans la salle, les quelques tables anciennes héritées des grands-parents, le mur habillé d’exemplaires des livres de gastronomie de la bibliothèque du grand-père et de jolis vases en céramiques, pièces uniques créées par la grand-mère, donnent une âme à ce lieu.

Aux beaux jours, une terrasse et surtout un beau jardin soigné, bordé d’une roseraie, vous accueillent sous de grands parasols ou à l’ombre d’un tilleul et d’un cognassier (planté par son grand-père en 1963, année de construction de la maison). Dans cette « bulle d’oxygène », à l’abri de tous les regards, on se sent loin, très loin du bâtiment de la Croix Rouge qui pourtant jouxte le terrain.

Agathe a tout juste, on n’entre pas dans un restaurant mais on vient déjeuner ou diner chez quelqu’un…

La table

Pour parfaire l’esprit « table d’hôtes », un menu unique est proposé chaque jour au déjeuner avec une entrée, deux plats, dont une option végétarienne et un dessert. L’ennui n’est pas de mise dans l’assiette car la proposition change chaque jour (comme à la maison) et le chef Ben la saupoudre d’une pincée de créativité quotidienne.

Je vous laisse juge, mais la fraicheur des produits, la justesse des cuissons, la générosité des assiettes et la touche créative font de ce menu à 28 chf, un des meilleurs « deals » des environs. Suivant les jours, l’inspiration et le marché, on peut se régaler d’un gaspacho de melon et concombre à l’estragon suivi d’un filet de lingue grillé/vinaigrette passion/riz parfumé/petits légumes et d’une crème brulée au combawa, ou bien d’une soupe de courgettes froide au curry, paillard de dinde/sauce tartare/pommes frites, soupe de fraises et cerises à l’anis et cardamone…

L’option végétarienne du mardi propose des risottos dont ceux à la betterave et à l’artichaut sont déjà des plats « signature ». Deux soirs par semaine, les habitués viennent prolonger le plaisir de leur adresse fétiche du midi pour un diner. Les autres soirées sont réservées pour des évènements privés, pour le petit luxe de pouvoir recevoir amis et famille en semaine sans tracas et comme à la maison…

J’y vais !

La Vie des Champs

Restaurant Jardin

Chemin de la Vie-des-Champs, 15,

1202 Genève, Suisse

tel : +41 (0)22 734 57 89

Lundi, mardi, vendredi : 12h00-14h30

Mercredi et jeudi : 12h00-21h00

Fermé le week-end.