Print Friendly, PDF & Email
[av_post_meta]

Un nouveau coup de coeur, un vrai ! Depuis quelques mois, un nouveau chef a repris les cuisines de cet établissement, baptisé à nouveau Bleu Nuit, haut lieu de la scène « Rock » genevoise dans les années 90. Mais aujourd’hui, les vedettes ne sont plus des rockeurs mais un chef talentueux et à l’énergie tout de même très rock and roll…

Rencontré à la veille de la Saint Valentin, Mohamed Muratovic annonce la couleur dès l’entrée, « Je suis contre un menu de Saint Valentin et comme d’ailleurs toute forme de menu unique, dans les quels j’y vois un plaisir amoindri autant pour celui qui déguste que pour celui qui cuisine ». Ce jeune chef, qui a officié dans les cuisines de Serge Labrosse (Le flacon) puis de Florian Le Bouhec (Le Café de la Paix, l’Artichaut, le Bologne), fuit la monotonie et bouscule sa carte très régulièrement pour ne pas s’ennuyer et pour ne pas lasser les clients fidèles, déjà nombreux. Quand on lui demande quelles sont les saveurs autour desquelles il construit ses plats, une seule revient en boucle :  « L’acidité. Ca donne du pep’s au plat et ça atténue le gras en bouche ». Effectivement, sous différentes formes, cette note est présente presque partout…

Les toutes premières asperges vertes du Lubéron sont sublimées par une association très subtile de poutargue et citron caviar, des pommes de ris de veau, cuites à point et dont le moelleux est parfaitement contrebalancé par le croquant d’un chou fleur grillé « al dente » sont relevées de quelques zestes de pamplemousse, et la chair délicate du tourteau est liée à la douceur et à l’acidité de l’orange sanguine, et dégustée au creux d’une chips de riz à l’encre de seiche. Quant à la langoustine, elle se déguste en carpaccio, finement relevée de la saveur anisée de pousses d’agastache, herbe oubliée, quelques gouttes de citron vert.  Aucun plat n’est une illusion, au contraire, chaque bouchée est une véritable palette de saveurs et de textures en bouche.

En plus de cette fraicheur, j’ai aimé dans ces assiettes, la justesse des goûts, la maitrise des cuissons et la petite pointe d’originalité, le petit supplément d’âme qui réveille un plat traditionnel gourmand. La pièce de boeuf du pot au feu est à la fois caramélisée et fondante, les petits légumes juste cuits pour apprécier l’unique saveur de chacun et le tout est arrosé d’un bouillon délicat, qu’il serait plus juste de qualifier de jus…un plat de roi ! Bien évidemment, je vous ai gardé le meilleur pour la fin…ne passez surtout pas à côté des « spaghettis de salsifis à la truffe », toujours à la carte des entrées. Une petite pépite…léger et si riche en truffes. L’accord est parfait et à mon goût, surpasse un plat de traditionnelles pâtes au diamant noir.

Et le sucré ? Difficile de tout goûter après des assiettes aussi délicieuses que copieuses et accompagnée d’une bouche plutôt « salée »… J’ai donc jeté mon dévolu sur le baba au rhum et sa mousse crémeuse à la vanille…le nirvana !

©facebook Bleu Nuit

Même si le Bleu Nuit fait aujourd’hui la part belle aux plaisirs de bouche, le lieu est toujours empreint de son passé très rock and roll. Dans les années 80, de nombreux groupes de punk-rock du bassin genevois s’y sont produits. Nostalgique de ces soirées, l’actuel propriétaire a tenu à garder l’âme « musicale » du lieu. De superbes affiches colorées et des photos en noir et blanc de groupes de rock icônes des années 80-90 animent les murs. Chaque élément de déco, appartient à un passé flamboyant et donne une âme à ce lieu. Les banquettes en bois habillaient autrefois d’anciennes rames de trame genevois et les magnifiques luminaires arborent le doré Art Déco.

©facebook Bleu Nuit – 80’s

Mais le plus surprenant est ce bar « caché », au fond de la salle, dont l’accès se fait par une porte de frigo…l’actuel propriétaire a confié la déco à des étudiants de l’école Head. Dans ce petit écrin de miroirs au look pour le coup très « disco », un mixologiste met son talent à votre service pour vous concocter des cocktails de sa création.

En quittant cette belle adresse, je me dis que quelques marches seulement séparent la cuisine du bar frigo « speakeasy » et que peut être qu’une proposition d’associations mets-cocktails serait en parfaite adéquation avec ce lieu atypique pour réunir autour d’une même table, noctambules et fin gourmets…

Bleu Nuit

Rue du Vieux-Billard, 4

1205 Genève, Suisse

tel : +41 22 328 34 44

Lun-Jeu : 12h00-15h00/18h00-24h00

Ven-Sam : 12h00-15h00/18h00-2h00