Un paysage magnifique et très varié, entre forêt et pâturages, avec des vues superbes sur le Mont Blanc, la chaîne des Alpes et toute la région du Chablais. À faire jusqu’à tard dans la saison car on part d’assez bas.

En 1774 une croix en chêne avait été plantée au sommet de la montagne de Miribel (“belle-vue” dans la toponymie locale), devenu ensuite un lieu de pèlerinage pour tous les habitants de la région. Mais cette croix ayant été détruite à la Révolution, l’idée germa dès la fin de la Terreur en 1794 de bâtir un calvaire à cet endroit. Ce qui fut fait en 1808 par Joseph-Marie Félisaz, tailleur de pierre et paysan, aidé par quelques habitants du pays. Ils taillèrent dix-sept colonnes de marbre rouge surmontées chacune d’une croix de fer et érigèrent une statue de la vierge Marie à la place de la croix abattue. Les différentes croix sont toujours restaurées par des bénévoles passionnés et de nombreux pèlerins empruntent encore cet itinéraire….

Attention, l’itinéraire n’est parfois pas très facile à suivre. Nous vous le donnons donc en détails…

Départ du lieu-dit “le Rafour” à huit cents mètres d’altitude. Juste après Mégevette prendre à gauche vers le lieu dit et garez-vous. Prendre ensuite sur votre gauche (en regardant la montagne) un chemin très très raide dans la forêt  pendant quarante-cinq minutes environ. Poursuivre ensuite sur une piste forestière beaucoup plus facile mais toujours en montant jusqu’au hameau “Chez Truffaz”. On rejoint alors une route. Ne pas l’emprunter mais prendre en direction de “Plaines Joux” un sentier sur la gauche à flanc de montagne qui monte doucement. On arrive alors dans les alpages d’où on voit la pointe de Miribel. Traverser les alpages jusqu’à Ajon et gravir le sommet par le sentier. En haut on a une vue extraordinaire à cent-quatre-vingts degrés sur toute la région…

Prendre ensuite une descente très raide mais très courte (cent mètres environ) par l’arrête ouest jusqu’au Martinet puis continuer à descendre par le sentier très agréable jusqu’au panneau “Combasseran” et suivre la piste sur votre droite jusqu’à un parking. On peut déjeuner sur les pentes douces avant le panneau ou sur une table des quelques chalets d’été qui sont le long de la piste.

Au parking monter jusqu’au col du Creux (environ cent mètres ). Arriver au col on peut soit monter au sommet d’Hirmentaz, trois cents mètres de dénivelé supplémentaire, ou prendre un sentier sur la gauche qui descend dans le vallon en passant par “le Crêt” puis ” le Tour”. De-là prendre la piste forestière qui descend vers le Rafour. Attention à ne pas rater un chemin sur votre gauche qui vous emmène au parking. Si vous arrivez sur la route c’est que vous l’avez manqué. Mais vous pouvez le retrouver sur votre droite après quinze minutes environ de marche. Il n’y a pas de panneau mais des signes de sentier…

L.S, octobre 2014.

Quatre heures environ. Neuf cents mètres de dénivelé.

  • N’oubliez pas votre pique-nique, il n’y a pas grand chose à la ronde…
  • Il existe une variante à faire en raquettes l’hiver. Nous vous l’indiquerons aux premiers frimas.
sonia Jebsen pour Bythelake
Marie-Christine Billa pour Bythelake